La faim dans le monde continue de progresser

New York, le mercredi 12 septembre 2018 - Selon le dernier rapport des Nations Unies, la faim dans le monde a progressé, pour la troisième année consécutive. En 2017, 821 millions de personnes étaient en situation de sous-alimentation, soit environ 11% de la population mondiale.

En 2000, dans le cadre de ces « objectifs du millénaire pour le développement », l’ONU se donnait pour objectif d’éradiquer la faim dans le monde d’ici 2030. Mais son dernier rapport annuel sur l’« état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde » ne pousse pas à l’optimisme. En effet, pour la troisième année consécutive, la faim dans le monde a progressé. En 2017, 821 millions de personnes (11% de la population mondiale) étaient en situation de sous-nutrition, c'est-à-dire qu’elles ne disposent pas de l’apport calorique nécessaire pour être en bonne santé, contre 804 millions en 2016. Avant cette hausse récente, la faim dans le monde n’avait cessé de baisser pendant plus de dix ans.

Catastrophes climatiques et humaines

La hausse concerne essentiellement l’Afrique, qui reste de loin la région la plus touchée par la faim et l’Amérique du Sud, tandis que le phénomène tend à stagner en Asie. Les principales causes de cette augmentation de la faim seraient, selon le rapport, la crise économique mondiale, la hausse des conflits et les catastrophes climatiques.

Ainsi, plus de la moitié des personnes en sous-nutrition vivent dans des pays en guerre. Parmi les solutions évoquées par le rapport, l’ONU souhaite améliorer la résilience des pays en développement face au climat, c'est-à-dire leur capacité à adapter leurs exploitations agricoles aux variations climatiques.

Concernant les autres problématiques liées à la malnutrition, les résultats sont mitigés. Si le nombre d’enfants en retard de croissance et l’alimentation au sein exclusive ont diminué, l’anémie continue de progresser chez les femmes en âge de procréer.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article