La magnésémie pour dépister les femmes à haut risque de mort subite d’origine cardiaque ?

Les taux plasmatiques de magnésium seraient, en population féminine, fortement et inversement associés au risque de mort subite d’origine cardiaque (MSC). C’est ce qui ressort d’une étude conduite par des auteurs américains, notamment d’Harvard, auprès de 32 826 femmes âgées de 44 à 69 ans, participant à la Nurses’ Health Study. Cette étude, cas-témoins nichée dans une cohorte prospective, a recensé, sur 16 ans, 99 cas de MSC, et apparié à chaque cas, trois témoins sur l’âge, l’ethnie, le statut tabagique, la date du prélèvement sanguin. L’analyse, après ajustements sur les facteurs confondants potentiels (dont les habitudes alimentaires, le mode de vie, les facteurs de risque cardiovasculaire…) laisse apparaître chez les femmes du quartile le plus élevé de magnésémie (médiane : 2,3 mg/dl ; 2,2-2,8 mg/dl) un risque 77 % plus faible de MSC (intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 40 % à 91 %) que chez celles du quartile le plus faible (médiane : 1,7 mg/dl ; IC95 de 1,2 à 1,8 mg/dl) (p pour la tendance=0,003).

Dr Julie Perrot

Référence
Chiuve SE et coll. : Plasma magnesium as a predictor of sudden cardiac death : Findings from the Nurses’ Health Study. American Heart Association (AHA) scientific sessions 2009 (Orlando) : 14-18 novembre 2009.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article