La mémoire de l’eau invitée star face à des députés amnésiques ?

Paris, le mardi 3 décembre 2019 – Sur Twitter, Paul Molac, député LREM de la quatrième circonscription du Morbihan se félicitait il y a quelques jours : « Salle comble à l’Assemblée nationale ». Cette affluence saluée par l’élu ne concernait cependant pas un sujet hautement d’actualité ou des enjeux éthiques ou économiques fondamentaux, mais un colloque sur l’homéopathie. « Scientifiques, médecins et personnels de santé, vétérinaires et citoyens pour affirmer l’importance de l’homéopathie dans les soins et préserver son remboursement » détaille le député dans son message sur le réseau social, suggérant clairement que son ambition en présidant ce colloque était moins "médicale" et "scientifique" que "militante".

La matrice même de la vie censurée !

Néanmoins, le colloque, également placé sous la présidence de Yves Daniel (LREM, sixième circonscription de Loire-Atlantique), soutenu étrangement (ou pas) par une association promouvant la reconnaissance de formes non décrites de la maladie de Lyme, avait voulu donner tous les gages d’une communication scientifique. Ainsi, si sa personnalité n’était pas depuis longtemps controversée en raison de ses prises de position plus qu’iconoclastes, la présence du professeur Luc Montagnier, prix Nobel de Médecine, devait offrir toute sa crédibilité scientifique à la réunion. C’est d’ailleurs en adoptant une méthodologie rigoureuse, que Luc Montagnier a voulu évoquer les nombreuses publications qui mettraient en évidence la réalité de la théorie de la mémoire de l’eau. Il a ainsi pu citer des travaux dont le résumé propose cette digression surréaliste : « Cet article présente une brève revue des preuves (tant expérimentales que théoriques) de la formation de structures dissipatives dans l’eau liquide par trois types de perturbations physiques à faible contenu énergétique (…). La nature de ces structures dissipatives est analysée et expliquée en termes de thermodynamiques des systèmes éloignés de l’équilibre et de processus irréversibles, montrant leur origine quantique spontanée. Ces sortes de structures sont-elles la matrice même de la vie ? » interrogent humblement Vittorio Elia et ses confrères de l’université de Naples à travers une  un travail publié dans la revue Current Topics in Medicinal Chemistry. D’autres trésors de ce type pourraient être publiés assure Luc Montagnier si la censure qu’il a dénoncée en introduction, émanant d’interventions extérieures, ne jouait pas dans l’ombre ! Outre cette brillante intervention, la seconde partie du colloque était consacrée à une table ronde intitulée « Témoignages de pratique » à laquelle plusieurs praticiens ont participé.

Solution en santé publique

S’agissant d’un colloque ouvert au public, son succès n’était pas uniquement lié aux députés. Cependant, on le sait, beaucoup d’entre eux se sont investis dans la défense de l’homéopathie et pour refuser son déremboursement acté cet été et qui entrera en vigueur l’année prochaine.

Après un lobbying actif que nous avions évoqué dans ces colonnes, quarante-cinq élus avaient signé en juillet une tribune dans le Journal du dimanche pour s’opposer au projet du gouvernement. Signe probable de l’influence de certains lobbys, cette prise de position illustrait sans doute également la conviction partagée par de nombreux élus de la pertinence de l’homéopathie, qualifiée de « solution en santé publique » dans le titre du colloque organisé la semaine dernière, qui avait donc choisi de ne pas se concentrer prioritairement sur la question de la liberté de choix ou d’envisager l’angle économique, pour préférer supposer l’existence d’un possible scandale sanitaire et non pas seulement éventuellement social.

Outre Atlantique aussi

On se consolera peut-être en observant que la collusion entre le monde politique et les défenseurs des pseudosciences ne concerne pas que la France. Aujourd’hui, comme le déplore l’éditorialiste Isabelle Hachey, dans le quotidien québécois La Presse, Thomas Mulcair, ancien chef du Parti démocratique qui en septembre 2015 promouvait la création d’un bureau « chargé de fournir des conseils scientifiques éclairés aux politiciens » est désormais l’ambassadeur numéro un de la Coalition pour l’homéopathie du Québec.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (9)

  • Un champ d'expériences

    Le 03 décembre 2019

    Les hautes dilutions ouvrent un champ d'expériences passionnantes pour les années à venir. Mais cela ne viendra pas de France.

    Dr Bernard Albouy

  • Ignorants

    Le 03 décembre 2019

    Le jargon scientifique a toujours fait ricaner les ignorants qui sont fiers de l'être.

    Dr Jean-Jacques Perret

  • Jargonophasie et dangereuses dérives new age

    Le 03 décembre 2019

    "« Cet article présente une brève revue des preuves (tant expérimentales que théoriques) de la formation de structures dissipatives dans l’eau liquide par trois types de perturbations physiques à faible contenu énergétique (…). La nature de ces structures dissipatives est analysée et expliquée en termes de thermodynamiques des systèmes éloignés de l’équilibre et de processus irréversibles, montrant leur origine quantique spontanée. Ces sortes de structures sont-elles la matrice même de la vie ?"

    Pour le scientifique que je suis, ces "phrases" ne relèvent que de la juxtaposition de termes scientifiques "à la mode" et suffisamemment incompréhensibles par le profane, pour que celui-ci croit y voir, avec stupeur et tremblement, une explication "scientifique" qui ne recouvre strictement rien (structures dissiptives, systèmes hors d'équilibre", processus irreversible, origine quantique spontanée etc..).

    Délire psychotique + charlatanisme + mysticisme: il n'y a rien de controversé là dedans, c'est équivalent à du Lacan traitant de topologie

    Dr YD

Voir toutes les réactions (9)

Réagir à cet article