La NASA se pique de lutter contre le paludisme

Paris, le samedi 18 juillet 2020 - Utiliser les données satellitaires pour mieux comprendre les mouvements épidémiques et ainsi cibler de façon plus adaptée les mesures de protection est une stratégie déployée depuisd plusieurs années par la NASA. Ainsi, il y a deux ans, un logiciel recensant et analysant les données météorologiques fournies par les satellites de la NASA, les informations concernant les précipitations, la densité de population, la concentration en phytoplancton près des côtes ou encore l’état du réseau d’eau et des structures sanitaires avait été mis au point afin d’apporter un outil supplémentaire à la lutte contre le choléra au Yémen.

Déforestation

Parallèlement, depuis 2017, la NASA se concentre sur la prévention du paludisme en Birmanie. Le principe est proche : regrouper les informations pouvant être collectées par les satellites pour déterminer les zones les plus à risque de prolifération du moustique et de diffusion du parasite. Le programme mis au point par les scientifiques de l’agence spatiale américaine, en partenariat avec des chercheurs de l’université américaine du Maryland, se concentre notamment sur la température, l’humidité du sol, les précipitations et la couverture forestière. Les observations tirées des premières années d’utilisation conduisent à suspecter un lien entre la déforestation et le risque de foyer épidémique. Dans les zones concernées par la déforestation, qui connaissent une forte activité industrielle, la propagation pourrait être favorisée par les déplacements de travailleurs migrants et saisonniers. Si le paludisme a connu un important recul en Birmanie ces dernières années, la contribution d’outils comme celui développé par la NASA est un atout alors que les conflits fréquents constituent une entrave au déploiement des mesures de prévention et de traitement.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article