La préhabilitation, efficace aussi à domicile

La préhabilitation prépare le patient avant une intervention chirurgicale majeure. Elle améliore sa condition physique, son statut nutritionnel et peut réduire le stress et l’anxiété liés à l’intervention. Elle a démontré son efficacité sur la réduction de la perte de masse maigre dans les semaines suivant l’intervention, perte elle-même associée à un moins bon pronostic et à un retard dans l’initiation de la chimiothérapie adjuvante.

La pandémie de Covid a conduit à instaurer des mesures exceptionnelles et à modifier les pratiques en termes d’accueil des patients dans les structures de soins. C’est ainsi que les protocoles de préhabilitation ont été adaptés pour être suivis à domicile. Pour s’assurer de leur efficacité, une équipe espagnole a enrôlé 20 malades, chez lesquels un diagnostic de cancer colorectal avait été posé pendant le premier confinement (13 mars-21 juin 2020), et en attente d’intervention chirurgicale. Dix d’entre eux devaient suivre un protocole de préhabilitation à domicile, les 10 autres n’en bénéficiaient pas. La comparaison portait sur la composition corporelle, les complications postopératoires et le séjour hospitalier.

Moindre durée d’hospitalisation et moins de complications

Le protocole de préhabilitation se faisait selon 3 modalités : exercices physiques quotidiens à domicile pendant 30 à 45 minutes, adaptés individuellement et avec un soutien vidéo ; recommandations alimentaires incluant une réduction calorique et une augmentation de la consommation de protéines, une supplémentation en vitamine D et en calcium ; enfin, exercices de relaxation et de respiration, recommandés au moins 2 fois par semaine pour réduire l’anxiété. La durée moyenne de la réhabilitation était de 30 jours.

Les résultats confirment l’efficacité de la réhabilitation à domicile sur la composition corporelle, avec une réduction de la perte de la masse musculaire dans les suites de la chirurgie (1,7 % vs 7,1 % 45 jours après l’intervention). Cette différence s’atténue ensuite, puisque 90 jours après l’intervention, le groupe ayant bénéficié de la réhabilitation présente une augmentation de la masse maigre (depuis le diagnostic) de + 0,15 %, quand cette augmentation est de + 1,45 % dans l’autre groupe. Toutefois, dans ce dernier groupe, cela s’accompagne d’une augmentation de la masse grasse, de 8,72 %, alors qu’elle est réduite de 8,16 % dans le groupe ayant bénéficié de la préhabilitation.

Enfin, la préhabilitation est associée à une réduction de la durée d’hospitalisation (4,8 jours vs 7,2 jours) et à une réduction des complications postopératoires (20 % vs 50 %), ce qui constitue un avantage conséquent au plus fort de la pandémie, pour réduire l’embolisation des services hospitaliers.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Lopez‑Rodriguez‑Arias F. et coll.: Effect of home‑based prehabilitation in an enhanced recovery after surgery program for patients undergoing colorectal cancer surgery during the COVID‑19 pandemic. Supportive Care in Cancer (2021) 29:7785–7791

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article