La prévention secondaire par les statines diminue le risque d’AVC ischémique mais augmente celui d’AVC hémorragique !

L’étude SPARCL (Stroke Prevention by Agressive Reduction in Cholesterol Levels), récemment publiée, a montré que les statines ont un effet bénéfique marginal sur la prévention des AVC chez les patients avec des antécédents de maladie cérébrovasculaire. Il est intéressant de noter que l’amplitude de cet effet bénéfique est moins important que dans des études similaires ayant inclus des sujets sans antécédents de maladies cérébrovasculaires. Dans l’étude SPARCL, il a été observé une fréquence accrue d’AVC hémorragiques chez les patients sous traitement par statines. Ce fait avait été auparavant déjà observé dans l’étude HPS (Heart Protection Study) dans un sous-groupe de patients avec des antécédents de maladie cérébrovasculaire.

Le but de cette revue systématique hollandaise a donc été d’examiner les effets du traitement par statines sur la fréquence de survenue des AVC ischémiques et hémorragiques chez des patients présentant des antécédents de maladie cérébrovasculaire.
La base de données PUBMED a été interrogée de façon systématique avec une combinaison des mots clefs : statines et AVC. De plus, la bibliothèque Cochrane et le registre central Cochrane des essais contrôlés ont été également exploités. Les effets ont été exprimés en risques relatifs avec intervalles de confiance à 95 %.

Quatre études ont été sélectionnées regroupant 8 832 patients avec des antécédents de maladie cérébrovasculaire. Les résultats regroupés de ces 4 études aboutissent à un risque relatif de 0,80 (intervalle de confiance à 95 % : 0,70-0,92) pour les AVC ischémiques et 1,73 (IC 95 % : 1,19-2,50) pour les AVC hémorragiques.

En conclusion, chez les patients avec des antécédents de maladie cérébrovasculaire, il est clair que les statines font baisser le risque d’AVC ischémique. Cependant, cet effet bénéfique est tempéré par un risque accru d’AVC hémorragique.
Le traitement par statines pourrait donc être globalement plus efficace s’il n’était utilisé qu’en cas de risque accru d’AVC ischémique. La question est maintenant de savoir comment sélectionner ces patients, ce qui reste à être déterminé par des études ultérieures.

 

Dr Serge Brugier

Références
Vergouwen MDI et coll.: Statin treatment and the occurrence of hemorrhagic stroke in patients with a history of cerebrovascular disease
Stroke 2008; 39(2), 497-502

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.