La procalcitonine comme marqueur précoce d’infection nosocomiale en réanimation

Le taux de procalcitonine (PCT) à J0 d’une suspicion de sepsis nosocomial semble le meilleur marqueur d’infection prouvée. C’est ce qui ressort d’une étude prospective conduite par des auteurs dijonnais auprès de 70 patients suspects d’infection sévère au cours d’un séjour en réanimation. Cette étude suggère, en outre, que la variation de la PCT entre J-1 et J0 serait aussi un marqueur pertinent de sepsis. Pour une valeur seuil de 0,44 ng/ml, la sensibilité de la PCT à J0 était de 83 % et sa spécificité de 65 %. Et pour une augmentation du taux de PCT dépassant 0,26 ng/ml entre J-1 et J0, la sensibilité et la spécificité atteignaient respectivement 75 % et 100 %.

Dr Julie Perrot

Référence
Charles P-E et coll. : Intérêt du dosage de la procalcitonine pour la reconnaissance précoce des infections nosocomiales en réanimation. 37e Congrès de la Société de réanimation de langue française (Paris) : 14-16 janvier 2009.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article