La réserve de perfusion myocardique au PET scan, comme facteur prédictif du risque de décès chez les insuffisants coronariens

Des auteurs néerlandais ont évalué la valeur pronostique de la réserve de perfusion myocardique mesurée par tomographie par émission de positrons.

L’étude a inclus 463 patients (dont 368 hommes) atteints de maladie coronarienne, âgés en moyenne de 66 ± 11 ans et ayant une fraction d’éjection ventriculaire gauche  moyenne de 35 ± 15 %. L’analyse de l’étude a porté chez les 344 patients n’ayant pas eu de revascularisation. La réserve de perfusion myocardique était en moyenne de 1,71 ± 0,50 (1,49-1,84). Au cours d’un suivi médian de 85 mois (1-138 mois), 85 décès sont survenus (25 %), dont 60 (17 %)  décès de cause cardiaque. L’analyse met en évidence, après ajustements sur les facteurs traditionnels de risque cardiovasculaire et les traitements médicamenteux, une association entre réserve de perfusion myocardique et risque de décès (risque relatif=1,32 ; intervalle de confiance à 95 % de 1,20 à 1,45).

La réserve de perfusion myocardique mesurée au PET scan apparaît plus fortement prédictive du risque de décès de cause cardiaque que la fraction d’éjection ventriculaire gauche.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Tiol R et coll. : Myocardial perfusion reserve measured with PET scan is an independent prognostic factor in patients with coronary artery disease. European Society of Cardiology (ESC) Congress (Munich) : 30 août-3 septembre 2008.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article