La résistance à l’aspirine est presque toujours due à l’inobservance !

Les antiagrégants plaquettaires, au premier rang desquels l’aspirine, constituent une classe thérapeutique devenue absolument incontournable dans le domaine des pathologies cardiovasculaires. Or, il a été décrit, depuis longtemps déjà, un phénomène dit de « résistance à l’aspirine ». Il concernerait jusqu’à près de 3 patients sur 10 selon les séries. Son ou ses mécanismes sont encore assez mal compris.

Soupçonnant le rôle prépondérant de l’inobservance en la matière, une équipe marseillaise de La Timone a souhaité étudier de près ce problème dans le cadre d’une étude prospective.

Ils ont ainsi recruté 136 patients ayant bénéficié consécutivement d’une angioplastie-stenting coronarienne. A tous une prise quotidienne de 75 mg d’aspirine a été prescrite.

Un test d’agrégation plaquettaire in vitro (test validé et standardisé à l’acide arachidonique) a été réalisé pour chaque patient au cours de l’hospitalisation initiale, puis 1 mois plus tard à l’occasion d’une visite de contrôle.

Lors des tests initiaux, le taux d’agrégation plaquettaire variait dans une fourchette allant de 0 à 34 %, avec une moyenne à 7,5 +/- 10 %. Sur la base de ces tests, 4 patients (3 %) ont été jugés non répondeurs à l’aspirine (agrégation > 30 %).

Un mois plus tard, le taux moyen d’agrégation plaquettaire était significativement plus élevé que lors des tests initiaux (15,3 +/- 23 versus 7,5 +/- 10 % ; p : 0,0004) avec 14 % de non répondeurs (n : 19).

Pendant cette visite de contrôle, tous les patients détectés comme non répondeurs ont été invités à prendre 75 mg d’aspirine per os, sous contrôle de l’investigateur, avant qu’on renouvelle le test d’agrégation. Selon les résultats de ces nouveaux tests, il s’avère qu’un seul patient était vraiment non répondeur puisque pour tous les autres le test s’est « négativé ».

Les auteurs en concluent que la résistance à l’aspirine est rare chez les patients observants. La solution est-elle dans la « polypill » ?

Dr Olivier Meillard

Référence
Cuisset T et coll. : Aspirin noncompliance is the major cause of "aspirin resistance" in patients undergoing coronary stentingAm Heart J 2009;157:889-93

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Enfin une étude intéressante...

    Le 24 septembre 2009

    Et qui conforte le sentiment que j'ai toujours eu. La prise d'AAC est aléatoire car non perçue comme une thérapeutique !

    R Turbide, Cardiologue

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.