La tuberculose XDR, un désastre annoncé

La tuberculose extremely drug resistant (XDR) a mobilisé beaucoup de ressources médiatiques et scientifiques ces derniers temps.

Les premières ont suivi avec attention le périple d’Andrew Speaker, ce jeune avocat d’Atlanta averti de sa tuberculose pulmonaire XDR mais qui ne s’est pas gêné pour autant de voyager en avion à travers l’Europe avant de retourner aux Etats-Unis via le Québec. Alors que les CDC (Center for Disease and Prevention) reconnaissent qu’il n’était vraisemblablement porteur que d’une souche multi drug resistant (MDR), il est aujourd’hui, poursuivi devant la justice américaine par des compatriotes qui ont voyagé à quelques sièges de lui sans rien savoir de son état et qui lui réclament 1,3 millions de dollars.

Plus à l’abri de la forte charge émotive qu’a suscité le cas Speaker, les journaux professionnels, quant à eux, proposent quelques réflexions parfaitement résumées dans le Lancet Infectious Diseases :

- S. Basu de la Yale University (1) souligne que la tuberculose XDR n’est pas un simple problème de résistance bactérienne mais que le terrain joue un rôle important. La tuberculose XDR se répand avant tout dans des populations fragiles (exemple caractéristique des sujets infectés par le VIH) qui ont un accès limité aux soins, et qui, de ce fait, pourraient jouer un rôle d’amplification considérable dans un avenir proche si rien n’est fait.
- S. Blower et coll. (UCLA) (2) remarquent que, depuis les cas de tuberculose XDR rapportés l’année dernière par Gandhi et coll., le phénomène a largement empiré pour devenir un véritable problème de santé publique.

On ne sait rien de la façon dont les souches XDR évolueront dans l’avenir et on ne dispose pas encore de l’ensemble des données épidémiologiques et thérapeutiques nécessaires pour répondre à la question.

L’OMS, qui s’est fixé comme objectif de traiter 85 % des tuberculeux, devra encore davantage tenir compte des souches MDR (à l’origine des XDR) qui, dans certains pays comme la Lettonie ou la Corée du Sud, comptent déjà pour presque 20 % des isolats. Certains modèles mathématiques présentés ici laissent deviner que si des stratégies efficaces contre les MDR ne sont pas élaborées rapidement, la tuberculose XDR pourrait vite devenir incontrôlable…

Devra-t-on un jour, paradoxe ultime, remercier A. Speaker d’avoir, bien malgré lui, porté la tuberculose XDR sur le devant de la scène médiatico-scientifique ?

Dr Jack Breuil

Références
(1) Basu S : XDR tuberculosis requires emphasis on primary transmission. Lancet Infectious Diseases, 2007 ; 7 : 442.
(2) Blower S et coll.: Predicting the future of XDR tuberculosis. Lancet Infectious Diseases, 2007 ; 7: 443.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • "La tuberculose XDR, un désastre annoncé"

    Le 17 juillet 2007

    Comment un homme en principe intelligent peut-il prendre le risque de disséminer un BK multirésistant entre deux continents. Nous savons tous que les pandémie respiratoires naissent de ce manque de reponsabilité. En france il existe un délit de mise en danger de la vie d'autrui. Cela me choque énormément, les USA étant si stricts pour la rentré dans leur territoire.

    Dr Luc Soulié, généraliste 19210 Lubersac

  • "La tuberculose XDR, un désastre annoncé"

    Le 24 juillet 2007

    C'est donc le moment de supprimer la vaccination obligatoire du B.C.G.....!
    Sophie JULIEN

Réagir à cet article