L’adénose microglandulaire, un piège redoutable

Evoquée lors de l’histoséminaire sur les pièges diagnostiques en pathologie mammaire, l’adénose microglandulaire représente un piège diagnostique redoutable.

L’assise externe de cellules myoépithéliales ayant disparu, elle peut en imposer pour un carcinome tubuleux, non seulement par sa morphologie mais aussi par son profil immunohistochimique (actine muscle lisse et p63 négatives). L’aspect pseudo-infiltrant, mais sans stroma-réaction tumorale, la présence d’une membrane basale et d’un matériel de sécrétion intraluminal PAS + seront des arguments du diagnostic qui sera confirmé par la négativité des récepteurs hormonaux, (qui seraient positifs dans un carcinome tubuleux), et surtout l’expression intense de la PS100. Une exérèse complète du foyer doit être réalisée.

Dans 23 % des cas, on retrouvera sur la pièce opératoire un carcinome associé, dans des zones plus compactes, trabéculaires, ayant un index de prolifération élevé > 30 %.

Dr Hélène Kafé

Référence
Histoséminaire de la Société Française de pathologie : Piéges diagnostiques en pathologie mammaire. Organisé par F. Penault-Llorca. Avec la participation de L. Arnould, J. Jacquemier, G. Mac Grogan, A. Vincent-Salomon. Carrefour Pathologie (Paris) : 17-21 novembre 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article