L’allergologie, c’est de plus en plus chinois !

Mondialisation oblige, l’allergologie a fort à faire avec l’arrivée de nouveaux allergènes venus d’ailleurs et en particulier de Chine.

C’est ainsi que l’apparition sur les étals des marchands de légumes du pomelo de Chine (ou shatian pomelo) pourrait allonger la liste des étiologies des allergies aux agrumes qui représentent 3 % des allergies alimentaires. L’équipe de Poitiers rapporte ainsi l’observation d’une femme de 42 ans avec des antécédents d’œdème de Quincke aux fruits de mer et qui a présenté après consommation du pomelo chinois, une urticaire aiguë avec œdème de Quincke. Les prick tests avec d’autres agrumes (orange, pamplemousse, citron) étaient négatifs de même que les IgE spécifiques, mais un prick test réalisé avec la pulpe interne du fruit s’est révélé très positif (œdème de plus de 1 cm). L’absence de réaction croisée avec les autres agrumes suggère l’implication d’un nouvel allergène. L’intensité de la réaction décrite incite à rester vigilent vis-à-vis de l’émergence de cette nouvelle allergie alimentaire.

Des tableaux trompeurs

C’était aussi de Chine que provenaient les fauteuils responsables de réactions cutanées qui ont défrayé la chronique il y a deux ans. L’allergène est ici le diméthylfumarate, agent antifongique utilisé en Chine sous forme de poudre contenue dans des petits sachets inclus dans les doublures des canapés et des fauteuils pour éviter les moisissures en période de mousson. A propos de 3 observations, l’équipe de C Paul à Toulouse rappelle le caractère très inflammatoire des lésions induites avec des aspects histologiques trompeurs : dermoépidermite lichénoïde sans signe d’eczéma et même, dans un des cas, lymphome épidermotrope, tableau également décrit par A Grange Prunier et coll. qui rapportent une dermite de contact au dyméthylfumarate simulant un mycosis fongoïde. Cette éventualité doit être connue des dermatologues.

Connaissez vous le shiitaké ?

Vous devriez car il s’agit du deuxième champignon le plus consommé au monde et très prisé en Asie pour ses vertus médicinales. Outre les réactions allergiques chez les cultivateurs, ce champignon autrement appelé Lentinus edodes peut être responsable d’une dermatose, la shiitaké dermatitis ou dermatose toxique au lentin qui se présente sous la forme d’une éruption de petites papules érythémateuses, voire purpuriques, très prurigineuses, disséminées mais pouvant prendre une topographie linéaire (par phénomène de Koebner lié au grattage). Cette éruption apparaît 24 à 48 heures après la consommation du champignon insuffisamment cuit. Elle est en fait de nature toxique (due au lentin présent dans le champignon), et non d’origine allergique. L’équipe de Nancy rapporte une observation de cette dermatose chez une femme de 78 ans et émet l’hypothèse, certainement opportune, qu’elle pourrait être la première d’une longue série, eu égard au goût croissant pour les produits exotiques et bio. A connaître aussi…

Dr Marie Line Barbet

Références
Guillet M : Urticaire et œdème de Quincke au shatian pomelo (pomelo de Chine) : nouvel agrume, nouvelle allergie. P260
Munsch C et coll. : Diméthylfumarate : un nouvel allergique puissant et trompeur. P267
Grange-Prunier A et coll. : Dermite de contact au dméthylfumarate simulant un mycosis fongoïde. P264
Herault M et coll. : La shiitaké dermatitis arrive en France. P270
Journées dermatologiques de Paris 2009. 8-12 Décembre 2009.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article