L’asthme intrinsèque pourrait ne pas être différent de l’asthme allergique…

Asthme intrinsèque et asthme allergique ont certaines similitudes : synthèse d’IgE dans les voies respiratoires (même si prick-tests cutanés et dosage des IgE spécifiques sériques sont négatifs dans l’asthme intrinsèque), réaction inflammatoire avec augmentation des cellules Th2, activation mastocytaire et infiltration éosinophilique.

Par ailleurs, il est de plus en plus évident que des superantigènes microbiens jouent un rôle dans l’amplification de la réponse inflammatoire dans la dermatite atopique et la rhinosinusite chronique aussi bien chez les patients atopiques que non atopiques.

Or les superantigènes pourraient de même intervenir dans l’asthme intrinsèque. Les cellules épithéliales des voies aériennes peuvent en effet être colonisées par des staphylocoques ou d’autres germes producteurs de superantigènes. Ceux-ci provoqueraient un « switch » des cellules B locales et la production polyclonale locale d’IgE et spécifique du superantigène (qui se comporte comme un « superallergène »). Les mastocytes seraient alors sensibilisés et pourraient être activés par les facteurs déclenchants habituels de l’asthme tels que l’exercice.

Les superantigènes peuvent aussi provoquer une augmentation des cellules Th2 et CD8+ et une suppression des cellules régulatrices T.
Ils peuvent entraîner une réduction de la réponse aux corticostéroïdes et accroître la sévérité de maladie.

Enfin, des anticorps cytotoxiques pourraient être impliqués : des anticorps IgG dirigés contre les protéines épithéliales (cytokératine-18) ont été mis en évidence dans l’asthme intrinsèque. Les lésions épithéliales favoriseraient la colonisation microbienne.

On peut supposer que de nouvelles options thérapeutiques pourraient s’inspirer de ces hypothèses : utilisation d’anticorps dirigés contre les IgE locales et les superantigènes microbiens ou antibiothérapie en association avec la corticothérapie conventionnelle.

Dr Geneviève Démonet

Référence
Barnes P : Intrinsic asthma: not so different from allergic asthma but driven by superantigens? Clin Exp Allergy 2009; 39: 1145-1151.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.