L’augmentation du HDL-cholestérol protège-t-elle ?

Alors que le LDL-Cholestérol (LDL-C) est un puissant facteur de risque cardiovasculaire, il est bien admis qu’un taux élevé de HDL-cholestérol (HDL-C) est, quant à lui, protecteur. Mais si les études d’intervention sont convaincantes pour le LDL-C, elles le sont moins pour le HDL-C. Ce sujet a été exploré dans le cadre d’une étude longitudinale. Ont été analysées les données de la cohorte prospective PHS I (Physician Health Study) ayant suivi 4 501 sujets sains pendant une quinzaine d’années. A noter qu’il s’agissait exclusivement de médecins de sexe masculin.

Les sujets ont été répartis en quatre groupes distincts selon l’évolution de leur taux de HDL-C au cours du suivi (baisse de 0,025 g/l ou plus ; stabilité [évolution entre – 0,025 g/l et + 0,025 g/l] ; légère augmentation [entre + 0,025 g/l et +0,125 g/l] ou forte augmentation [+ 0,125 g/l ou plus]). 

Après ajustement sur différents paramètres (dont l’âge, un diabète, une hypertension, le taux de cholestérol non HDL), il en ressort que l’incidence des événements cardiovasculaires majeurs (infarctus du myocarde ou décès d’origine cardiovasculaire) était réduite d’un tiers chez les sujets n’ayant pas eu de modification significative de leur taux de HDL-C au cours du suivi comparativement à ceux ayant vu leur HDL-C baisser (hazard ratio [HR]=0,66 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] entre 0,40 et 1,09).

Chez les sujets ayant présenté une légère augmentation du HDL-C (entre + 0,025 g/l et + 0,125 g/l ) et chez ceux ayant présenté une augmentation plus marquée de ce paramètre (+ 0,125 g/l ou plus), les taux d’événements cardiovasculaires majeurs étaient réduits respectivement de 45 % (HR=0,56 ; IC95 entre 0,35 et 0,89) et de 55 % (HR=0,43 ; IC95 entre 0,23 et 0,83) comparativement à ceux ayant vu leur HDL-C baisser au cours du suivi.

Cette étude suggère donc qu’il pourrait exister une relation inverse entre l’évolution du HDL-C et l’incidence des événements cardiovasculaires majeurs à long terme. Il est cependant évident que ces résultats n’étant pas issus d’une étude à la méthodologie irréprochable, on ne peut certes pas conclure de manière tranchée.

Dr Olivier Meillard

Référence
Rahilly-Tierney C et coll. : Change in high-density lipoprotein cholesterol and incident coronary heart disease in apparently health male physicians. Am J Cardiol 2008 ; 102 : 1663-7.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.