Le défi de la recherche de l'anticoagulant lupique chez un patient traité par anticoagulant oral direct

La recherche de l'anticoagulant lupique s'inscrit dans le cadre du diagnostic du syndrome des antiphospholipides (SAPL) qui associe anomalies cliniques et anomalies biologiques.

La recherche et le dosage de l'anticoagulant lupique (une des anomalies biologiques majeures du SAPL) est profondément perturbée chez les sujets recevant des anticoagulants oraux directs (AOD), prescription fréquente chez les sujets suspectés de SAPL puisque thromboses veineuses et artérielles constituent les manifestations principales du tableau clinique.

L'interférence avec la recherche et le dosage de l'anticoagulant lupique est d'autant plus gênante qu'un diagnostic de SAPL conduit à des décisions thérapeutiques lourdes de conséquences pour les patients (à savoir un traitement anticoagulant très prolongé, voire à vie par anti-vitamine K).

Or il se trouve que l'interférence se manifeste pour des concentrations d'AOD extrêmement faibles, éventuellement inférieures à la limite de quantification des tests habituellement utilisés pour doser les AOD et en tout cas bien inférieures aux concentrations que l'on peut avoir en résiduel. A noter que cette interférence est plus marquée avec le rivaroxaban qu'avec les autres AOD  

Pour contrecarrer cette interférence, il est possible de rajouter in vitro du charbon activé au plasma de façon à adsorber l'AOD. Cette façon de procéder supprime l'interférence dans environ 85 % des cas. Il est également possible d'utiliser des colonnes de filtration pour éliminer les AOD (les premiers résultats sont prometteurs). Enfin, il est possible de recourir à des réactifs non ou peu sensibles aux AOD, ici encore l'évaluation doit se poursuivre.

Lorsqu'en utilisant le charbon activé ou les colonnes la recherche de l'anticoagulant lupique est négative on peut affirmer qu'il n'y a pas d'anticoagulant lupique circulant. En revanche, si le résultat est positif on ne peut pas affirmer la présence d'anticoagulant lupique, la positivité pouvant être en relation avec une concentration résiduelle d'AOD interférant avec la recherche.

Dr Jean-Claude Lemaire

Référence
Gouin I et coll. Congrès Français d'Hémostase (Montpellier) : 25-27 septembre 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article