Le défibrillateur implantable est vraiment bénéfique pour les insuffisants cardiaques asymptomatiques !

Les préconisations concernant l’implantation prophylactique d’un défibrillateur-cardioverseur (DEF-C) chez des patients présentant une insuffisance cardiaque asymptomatique avec altération de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) varient  selon les différentes recommandations internationales.

D’ailleurs, on dispose de peu d’informations sur la mortalité et le risque inhérents à l’implantation préventive d’un matériel permanent de ce type chez les patients en classe fonctionnelle I de la New York Heart Association (NYHA).

C’est ce qui a poussé Van der Lingen et coll. à mener une étude rétrospective afin d’évaluer, chez 572 patients en classe NYHA I, avec une FEVG ≤ 35 %, qui avaient reçu, en prévention primaire, un DEF-C (associé ou non à une resynchronisation cardiaque), si l’appareil ainsi implanté délivrait un traitement approprié (choc ou cardioversion) et s’il réduisait la mortalité.

La cohorte des 572 patients a été comparée, par analyse de régression de Cox, à une cohorte de patients en classe NYHA II-III.

Davantage de chocs appropriés chez les patients en classe NYHA I 

Au cours d’un suivi de  4,1 ± 2,4 ans, il a été noté qu’un traitement approprié avait été délivré par le DEF-C, de façon surprenante, significativement plus souvent chez les patients en classe NYHA I que chez les patients en classe NYHA II-III : 33 % vs 20 % (hazard ratio [HR] 1,5 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 1,04  à 2,31 ; p = 0,03). A ce sujet, il est possible que les patients asymptomatiques (en classe NYHA I) ne se sentant pas limités dans leur activité, faisaient davantage d’efforts physique ce qui les exposaient à un risque plus élevé de tachyarythmie ventriculaire.

Il n’a pas été noté de différence du taux de mortalité entre les 2 groupes de patients (HR 0,70 ; IC 95 % : 0,49 à 1,07 ; p = 0,10).

Les analyses multivariées de régression de Cox ont montré que la classe NYHA était le plus puissant facteur prédictif indépendant de la délivrance d’un traitement approprié par l’appareil  implanté.

En conclusion, il a été noté, quelle que soit la cardiopathie sous-jacente, ischémique ou non, une plus forte incidence de traitements appropriés délivrés par l’appareil  implanté chez les patients asymptomatiques en classe NYHA I mais avec une FEVG ≤ 35 % (raison pour laquelle ils avaient bénéficié de l’implantation d’un DEF-C  en prévention primaire) par rapport aux patients en classe NYHA II-III. Ces résultats suggèrent que les patients ayant une insuffisance cardiaque asymptomatique (classe NYHA I) avec une FEVG  ≤ 35 % peuvent tirer bénéfice de l’implantation d’un DEF-C et qu’ils ne devraient donc pas être  exclus d’une option thérapeutique qui pourrait  leur sauver la vie.

Dr Robert Haïat

Référence
Van der Lingen AL et coll. : The Benefit of Prophylactic Implantable Cardioverter Defibrillator Implantation in Asymptomatic Heart Failure Patients With a Reduced Ejection Fraction. Am J Cardiol., 2019; 124: 560−566.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article