Le devenir des bioprothèses insérées par TAVR ou voie chirurgicale est identique avec la nouvelle génération !

A l’heure actuelle, on ignore si la durée de vie des bioprothèses utilisées dans le TAVR (transcatheter aortic valve replacement) est semblable à celle des bioprothèses implantées chirurgicalement.

Pibarot et coll. ont tenté de déterminer et comparer l’incidence, à 5 ans, de la détérioration structurelle des bioprothèses évaluée par échocardiographie (E2D) ; l’étude a porté sur les patients à risque chirurgical intermédiaire qui présentaient un rétrécissement aortique (RA) sévère traité par TAVR ou par remplacement chirurgical de la valve aortique dans le cadre de l’étude PARTNER (Placement of Aortic Transcatheter Valves) 2A et du registre SAPIEN 3.

Pour mémoire, dans l’étude PARTNER 2A, les patients avaient été assignés par randomisation soit à un TAVR avec la valve SAPIEN XT (valve de seconde génération) soit à un remplacement chirurgical de la valve aortique par une bioprothèse ; les patients du registre SAPIEN 3 avaient tous reçu une bioprothèse SAPIEN 3 (valve de troisième génération).

Le critère principal est l’incidence de détérioration structurelle des bioprothèses ; celle-ci a été diagnostiquée à l’E2D sur la survenue, à 5 ans, d’une altération de l’hémodynamique  et/ou d’une dysfonction de la bioprothèse. Le suivi est de 5 ans.

Même taux de détérioration pour les bioprothèses SAPIEN 3 de 3e génération

Comparé au remplacement chirurgical de la valve aortique, le TAVR effectué avec la valve SAPIEN-XT s’est trouvé associé, à 5 ans, à un taux significativement plus élevé (exprimé par patient-années) de : détérioration structurelle de la bioprothèse (1,61 ± 0,24 % vs 0,63 ± 0,16 %), de dysfonction liée à la détérioration structurelle de la bioprothèse  (0,58 ± 0,14 % vs 0,12 ± 0,07 %) et de dysfonction de toute cause (structurelle ou non) de la bioprothèse (0,81 ± 0,16 % vs 0,27 ± 0,10 %) (tous p ≤ 0,01).

En contraste, à 5 ans, le taux de détérioration structurelle des bioprothèses (0,68 ± 0,18 % vs 0,60 ± 0,17 % ; p = 0,71), le taux de dysfonctions des bioprothèses liées à une détérioration structurelle (0,29 ± 0,12 % vs 0,14 ± 0,08 % ; p = 0,25) et le taux de dysfonction de toute cause des bioprothèses (0,60 ± 0,15 % vs 0,32 ± 0,11 % ; p = 0,32) n’étaient pas significativement différents après TAVR effectué avec une bioprothèse SAPIEN 3 et après remplacement chirurgical de la valve aortique.

A 5 ans, après un TAVR, les taux de détérioration structurelle des bioprothèses et les taux de dysfonction liés à une détérioration structurelle étaient significativement plus faibles avec la valve SAPIEN 3 qu’avec  la valve SAPIEN XT.

En conclusion, comparée au remplacement chirurgical de la valve aortique, l’implantation par TAVR de la valve SAPIEN XT (valve ballon-expansible de seconde génération) s’accompagne, à 5 ans, d’un taux significativement plus élevé de détérioration structurelle de la valve ; en revanche, le taux de détérioration structurelle de la valve SAPIEN 3 (valve de troisième génération), est comparable à celui des bioprothèses insérées par voie chirurgicale.

Dr Robert Haïat

Référence
Pibarot P et coll. : Structural Deterioration of Transcatheter Versus Surgical Aortic Valve Bioprostheses in the PARTNER-2 Trial. J Am Coll Cardiol., 2020 ; 76 : 1830-1843.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article