Le favus €: ne pas méconnaître les formes atypiques trompeuses

Figure 1

O. BOUDGHENE STAMBOULI,

Faculté de Médecine Tlemcen, CHU Tlemcen, Algérie

Les teignes du cuir chevelu (TCC) subissent les bouleversements de la condition humaine car les dermatophytes s’adaptent à l’homme (1). Apanage de l’enfant en âge scolaire, elles peuvent être vues cependant chez l’adulte ou l’enfant en bas âge, indice d’une forte prévalence dans la population générale, et les porteurs atypiques voire asymptomatiques ne sont pas alors rares.

La teigne favique est due au Trichophyton schoenleinii ou Achorion schoenleinii. De transmission inter-humaine stricte, elle persiste durant toute la vie et si elle n’est pas traitée, peut aboutir à une alopécie cicatricielle définitive. La teigne favique sévit par petites endémies et atteint les gens pauvres et vivant en promiscuité.

Observations

Nous rapportons les quatre cas d’une même famille, pauvre, vivant en promiscuité dans la région de Tlemcen (ouest algérien). L’examen du cuir chevelu chez la mère et les trois enfants montre des aspects différents de teigne.

L’examen clinique

Chez la mère, on note une forme alopécique cicatricielle du vertex. La grande fille présente un pityriasis du cuir chevelu sans godets, ni plaques. Chez la deuxième fille, il y a un aspect typique avec des plaques croûteuses surélevées, grises, jaunâtres, irrégulières de contour, d’étendues variables. Ces plaques sont constituées de « godets faviques ». Enfin, chez le petit garçon, on retrouve des plaques érythémateuses squameuses en dessous desquelles la peau est déprimée, lisse, rouge, inflammatoire ou même ulcérée et suppurante. L’odeur de « niche de souris » est présente chez les quatre patients et les cheveux persistants par touffes ternes, décolorés et atrophiés.

L’examen mycologique

La culture du prélèvement mycologique met en éviden - ce Trichophyton schoenleinii chez nos quatre patients. L’examen direct des cheveux après éclaircissement à la potasse confirme un parasitisme pilaire de type favique :

– filaments mycéliens sinueux ou rectilignes se divisant par dichotomie associés à des bulles d’air (figure 1) ;

– après 7 jours de culture (milieu de Sabouraud additionné aux antibiotiques), on retrouve une colonie blanche à beige duveteuse imprégnée dans la gélose (figure 2).

Figure 2.

L’examen microscopique des cultures montre des chandeliers faviques, des clous faviques et des clamydospores intercalaires (figure 3). Après 10 jours, une odeur de nid de souris se dégage de la culture.

Figure 3.

Discussion

L’examen clinique des quatre membres de la famille a mis en évidence la présence d’un aspect typique de teigne favique avec présence de godets faviques (figure 4).

Figure 4. Godet favique.

Les autres membres présentent un aspect atypique à type de plaques érythémateuses squameuses (figure 5), qui peut se confondre avec une dermatite séborrhéique, voire un pityriasis.

Figure 5. Plaques érythémateuses squameuses.

 

Chez la mère, on note une alopécie cicatricielle définitive du vertex (figure 6).

Figure 6. Alopécie cicatricielle du vertex.

Formes cliniques intéressantes à connaître

• La forme pityriasique se manifeste par un pityriasis du cuir chevelu sans godets ni plaques.

• La forme impétigoïde, difficile à distinguer d’un impétigo.

• La forme alopécique d’emblée. La teigne favique représente actuellement moins de 1 % des TCC en Algérie (3,4).

Une étude a évalué l’évolution des teignes dans la région de Tlemcen entre 1981 et 2007 et n’a révélé aucun cas de favus (2). Le favus autrefois très répandu en Algérie avec 238 cas diagnostiqués en 1930 et 132 cas entre 1966 et 1968 avait quasiment disparu entre 1981 et 2007. Après 34 ans d’absence, le favus est donc de retour dans la région de Tlemcen avec quatre cas d’une même famille vivant dans des conditions modestes.

Conclusion

Tout état squameux du cuir chevelu d’un enfant doit faire évoquer en priorité le diagnostic de teigne. Il est important de diagnostiquer et traiter précocement le favus afin d’éviter l’installation de l’alopécie cicatricielle définitive. Les formes cliniques atypiques ne sont pas rares. Il ne faut pas les méconnaître, car sans traitement, le favus peut aboutir à une alopécie cicatricielle définitive comme c’est le cas de notre patiente (la mère), pouvant faire aussi le lit d’un carcinome épidermoïde. La part du climat et des conditions socio-économiques est importante, car dans les régions pauvres et chaudes, les teignes anthropophiles sont fréquentes. De même, l’urbanisation, l’amélioration des conditions de vie et les migrations de population sont certainement des facteurs qui jouent un rôle dans les changements de l’éventail des champignons.

Références

1. Mestre-Deharo C et al. Incidence des dematophytes d’importation à Marseille : bilan de 3 ans d’activité d’un laboratoire hospitalier de mycologie. Ann Dermatol Venereol 1989 ; 116 : 489-90.
2. Boudghene-Stambouli O et al. Les teignes du cuir chevelu à Tlemcen (Algérie) : évolution sur 9 ans et considérations épidémiologiques. J Mycol Med 1992 ; 2 : 213-6.
3. Liautaud M. La teigne du cuir chevelu et ses aspects particuliers en Algérie. Thèse de Doctorat en Médecine. Université d’Alger, 1977.
4. Ammar-Khodja A. Etude des réservoirs de dermatophytes en Algérie. Thèse de Doctorat en Sciences Médicales, Université d’Alger, 1987.

Copyright © Len medical, Dermatologie pratique, septembre 2018

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.