Le HDL explique en partie le risque vasculaire résiduel sous statines

Malgré les traitements par statines, les objectifs de réduction du LDL-cholestérol (LDL-C) ne sont pas atteints par de nombreux patients atteints de maladie coronarienne. Parallèlement des études récentes montrent que plus d’un tiers de ces patients ont aussi un HDL-C bas. C’est pourquoi des auteurs norvégiens, ont souhaité évaluer l’accroissement du risque d’événement cardiovasculaire majeur sous statine, lorsqu’à une élévation du taux de LDL-C s’associe un faible niveau de HDL-C.

Pour ce faire, Q Zhang et coll. ont analysé les données de la célèbre Scandinavian Simvastatin Survival Study (étude 4S), menée sur 5 ans, contre placebo. Ils y ont inclus les patients du bras simvastatine de 4S dont le LDL-C était supérieur ou égal à 1g/L après 1 an de traitement (n=1450). Pour ce groupe, ils ont comparé, sur 4 ans en moyenne, le risque d’événements cardiovasculaires majeurs (revascularisation incluse) chez les patients cumulant HDL-C bas (défini par une concentration, à 1 an, inférieure à 0,40 g/L chez l’homme et à 0,50 g/L chez la femme) et LDL-C élevé, à celui de ceux chez lesquels l’augmentation du LDL-C était isolée.

Forte prévalence de l’association HDL-C bas-LDL-C élevé…

Dans la population étudiée la prévalence du HDL-C bas était de 37 %.
L’analyse laisse apparaître que ces patients étaient plus jeunes, plus souvent diabétiques et avaient en moyenne un LDL-C légèrement (mais significativement) plus élevé que ceux qui avaient une élévation du LDL-C isolée.

… avec accroissement du risque d’événement cardiovasculaire

Dans l’ensemble, le taux d’incidence sur 4 ans des événements cardiovasculaires majeurs s’est avéré significativement accru en comparaison des patients ayant une élévation isolée du LDL-C (32 % vers 23 %).

Après ajustements sur nombre de facteurs de confusion (le sexe, les antécédents d’HTA, d’infarctus du myocarde et de diabète, le tabagisme, le LDL-C et les triglycérides à 1 an), ce travail a mis en évidence une relation significative entre l’association HDL-C bas-LDL-C élevé et la survenue d’événements cardiovasculaires majeurs, avec une augmentation du risque de 50 % (intervalle de confiance à 95 % [IC95] : 21 à 85 %).

Cette analyse post-hoc confirme le rôle majeur d’un taux de HDL-C bas dans la morbi-mortalité cardiovasculaire et ce tout particulièrement chez les sujets bénéficiant d’un traitement par statines.

Dr Julie Perrot

Références
Zhang Q et coll. High density lipoprotein cholesterol, low high density lipoprotein cholesterol and major cardiovascular events. European Society of Cardiology (ESC) Congress (Munich) : 30 août-3 septembre 2008.
Eur Heart J 2008 ; 29 Abstract Suppl, 345.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article