Le psychiatre et l’hépatite C

Aux Etats-Unis environ 2 % de la population sont chroniquement infectés par le virus de l’hépatite C (VHC). Or, ces patients présentent davantage de pathologies psychiatriques que la population générale. De plus, la prévalence de l’infection à VHC chez les patients présentant des troubles psychiatriques est de 8 et 19 %, soit 4 à 9 fois plus que dans la population générale.

Du dépistage…

Compte tenu de l’association entre infection par le virus de l’hépatite C et pathologie psychiatrique, les psychiatres se retrouvent souvent en première ligne dans la recherche des patients à risque et le dépistage de l’infection virale. Ils sont aussi sollicités pour apporter aide et conseils après la découverte de la séropositivité à VHC et pour réaliser l’évaluation psychiatrique et psychosociale du rapport risque-bénéfice du traitement.

A la prise en charge des effets secondaires

Les traitements antiviraux par l’interféron alpha peuvent entraîner des effets secondaires neuropsychiatriques (symptômes affectifs, anxieux, cognitifs et psychotiques), compromettant la prise en charge du patient indépendamment de l’existence d’antécédents psychiatriques. Les psychiatres assistent les hépatologues dans la prise en charge de ces effets secondaires et évaluent l’intérêt d’une prescription préventive prophylactique de psychotropes.

En dépit du défi clinique que représente le traitement d’une hépatite C par l’interféron alpha chez des patients ayant une comorbidité psychiatrique, des travaux récents montrent que l’interféron alpha peut être administré en toute sécurité chez des patients psychiatriques infectés par le VHC sous réserve que l’évaluation préthérapeutique soit approfondie, accompagnée d’une analyse du rapport risque-bénéfice, et que le suivi psychiatrique soit maintenu.

Dr Odile Biechler

Référence
Rifay MA : Psychiatric care of the hepatitis C patient. 160 th American Psychiatric Association annual meeting (San Diego, Califormie) : 19-24 mai 2007.

Copyright © Len Médical

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.