Le retour de la neurosyphilis

Une imposante série de neurosyphilis nous rappelle que les formes tardives de la maladie ne sont pas exceptionnelles chez des sujets non ou insuffisamment traités. Avant 2000 cette équipe a suivi 164 cas dont plus de la moitié étaient des syphilis « parenchymateuses » et moins fréquemment des formes vasculaires, des formes asymptomatiques et des atrophies optiques. Après 2000, les formes asymptomatiques étaient les plus fréquentes (sérologies positives isolées du VDRL au niveau du LCR). Selon cette équipe la résurgence de l’infection VIH favorise la survenue de formes précoces de neuro-syphilis à type de méningo-encéphalites ou d’atrophies optiques.

Dr P.Plantin

Références
Chabbab FZ et coll. : Neurosyphilis : study of 210 cases.
18e congrès de l’European Academy of Dermatology and Venereology. Berlin, 7-11 octobre 2009

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article