Le risque de carcinome rénal, plus élevé chez les transplantés rénaux

Le risque de carcinome rénal semble élevé chez les malades parvenus au stade de l’insuffisance rénale terminale traitée par hémodialyse. Il en serait de même dans les suites de la transplantation rénale, les facteurs en cause étant, pour l’instant, largement hypothétiques.

Une étude rétrospective a inclus 1 375 malades qui avaient tous bénéficié d’une transplantation rénale réalisée dans l’année qui précédait. Onze tumeurs rénales ont été détectées chez 10 participants (1,37 %), dont 10 développées sur le rein natif et une sur le rein transplanté. Les 10  lésions malignes sur rein natif ont été découvertes fortuitement, dont 7 lors d’une échographie et 3 lors d’une néphrectomie réalisée à l’occasion d’une hypertension. La tumeur survenue sur le rein transplanté a été décelée lors d’une néphrectomie effectuée en raison de la survenue d’une hématurie.

Sur le plan histologique, 3 types de carcinomes ont été mis en évidence, selon la composition cellulaire et/ou tissulaire : cellules claires (n=3), papillaires (n=4) ou chromophobes (n=1). Sur les 9 malades qui ont été traités par néphrectomie radicale, 7 ont survécu, cependant que 2 sont décédés pour une autre raison que la lésion rénale, sans preuve d’une dissémination métastatique. Un seul malade, porteur de métastases au moment du diagnostic de tumeur rénale, n’a pas été opéré et le décès est survenu 4 mois plus tard.

Chez les transplantés rénaux, le risque de cancer sur rein natif semble effectivement plus élevé que dans la population générale, même s’il est difficile de l’apprécier avec précision à partir de cette étude rétrospective. Une surveillance échographique annuelle s’impose par précaution, afin de poser précocement l’indication d’une néphrectomie radicale curative.

Dr Philippe Tellier

Référence
Ianhez LE et coll. : « Renal cell carcinoma in renal transplant patients. » Urology 2007 ; 69 : 452-454.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article