Le risque de pneumonie par inhalation reste faible pour les malades hospitalisés atteints de Parkinson

Les pneumonies par aspiration (PPA) représentent une cause importante de morbimortalité dans la maladie de Parkinson (MP). Il a été montré que les parkinsoniens ont 3,8 fois plus de risque que la population générale de développer cette complication favorisée par les troubles de la déglutition. Il est donc important d’identifier les facteurs de risque de PPA accessibles à la prévention et de mettre en œuvre des interventions  visant à réduire ses conséquences médicales et économiques.

Une équipe américaine a évalué la fréquence des événements liés à l’aspiration chez des patients hospitalisés et documenté leur prise en charge pratique.

Cette étude monocentrique, rétrospective, a utilisé les données de 212 patients d’âge moyen 74,1 ans, avec un index de comorbidités de Charlson moyen de 5,9 et une maladie de Parkinson évoluant depuis 6,4 ans en moyenne. Dans cette série, seulement 8 patients (2,4 %) ont développé une pneumonie par aspiration, dont 2 après intubation. Il n’y a pas eu de différence significative pour la fréquence de cette complication selon le statut mental à l’admission. L’étude révèle par ailleurs que les pratiques médicales locales ne sont pas optimales puisqu’une évaluation de la déglutition a été réalisée dans moins de 25 % des cas et des mesures préventives et les précautions recommandées n’ont été mises en œuvre que chez 32 % des patients. Des progrès doivent donc être réalisés dans le dépistage et la prise en charge des troubles de la déglutition chez les patients atteints de MP, concluent les auteurs.

Dr Catherine Faber

Référence
Martinez-Ramirez D et coll. : Rate of aspiration pneumonia in hospitalized Parkinson’s disease patients: a cross-sectional study. BMC Neurology., 2015 ; 15 : 104.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article