Le syndrome métabolique est un puissant marqueur de risque de syndrome coronaire aigu

Le syndrome métabolique (SM) est de plus en plus fréquent dans nos populations occidentales. Or, la présence d’un SM multiplierait par 2, voire par 4, l’incidence des événements cardiovasculaires. Une équipe grecque s’est intéressée à la valeur comme marqueur de risque de syndrome coronaire aigu (SCA)  du SM et des scores de risque cardiovasculaires chez les sujets de moins de 45 ans.

Les données de 200 patients, âgés de moins de 45 ans, admis consécutivement en unité de soins intensifs de cardiologie pour un syndrome coronaire aigu (SCA) (183 hommes ; âge moyen : 40,8 ans +/- 3,5 ans) ont été passées en revues et comparées à celles de 200 sujets témoins. Pour chacun  des patients a été calculé le risque cardiovasculaire, d’une part selon la grille européenne SCORE et d’autre part selon la grille de Framingham.

Il apparaît que le SM était deux fois plus fréquents chez les patients que les témoins (51,5 % versus 26 % ; p < 0,001). Le risque à 10 ans selon la grille de Framingham était de 13,03 % +/- 7,96 % chez les patients et de 10,02 % +/- 8,1 % chez les témoins (p < 0,01) ; seulement 22,5 % des patients avaient un risque à 10 ans > 20 % contre 14,5 % des individus du groupe contrôle (p : 0.04).

Après ajustement sur les facteurs confondants, il apparaît que le SM double quasiment le risque de faire un SCA (risque relatif [RR] : 1,93 ; intervalle de confiance à 95 % [IC] : 1,13-3,28 ; p : 0,01). Plus encore, le risque cardiovasculaire apparaît être directement dépendant de l’accumulation des éléments composants le SM.

Cette étude a la faiblesse d’être une simple observation cas-témoins. Il n’est donc bien évidemment pas envisageable de conclure au moindre lien de causalité entre SM et événements coronariens.
Sur la base de leurs résultats, les auteurs concluent que le SM semble être un bon marqueur de risque indépendant des SCA chez les patients de moins de 45 ans. La présence d’un SM semblerait être plus puissante que les grilles de score habituelles pour identifier, dans cette population jeune, les patients véritablement à haut risque.

Dr Olivier Meillard

Références
Kalantzi K et coll : The relative value of metabolic syndrome and cardiovascular risk score estimates in premature acute coronary syndromes
Am Heart J 2008 ;155 :534-40

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article