Le taux de survie à 5 ans du cancer du larynx ne s’est pas amélioré en 30 ans

Les conséquences du cancer du larynx restent lourdes, en termes de mortalité et de morbidité, en dépit de progrès thérapeutiques indéniables. Une étude de cohorte rétrospective a été réalisée à partir d’une base de données émanant des Etats-Unis, intitulée en l’occurrence SEER (Surveillance, Epidemiology, and End Results). L’évolution des taux de survie au fil du temps a reposé sur la comparaison de cinq cohortes de malades atteints de ce type de cancer, constituées au cours des 30 années passées, respectivement en 1977-1978, 1983-1984, 1989-1990, 1995-1996, et 2001-2002. Ont été également pris en compte dans cette analyse la localisation de la tumeur, l’âge au moment du diagnostic, le stade, les stratégies thérapeutiques et le grade histologique. Un modèle statistique de régression a permis d’évaluer les tendances en matière de survie et leur signification statistique, à partir des 5 cohortes.

En cas de cancer sus-glottique avec extension à distance, les taux de survie à 5 ans ont diminué significativement (p<0,01) au fil du temps, alors qu’ils sont restés stables dans les formes avec extension loco-régionale (p> 0,05). Il en a été de même pour ce qui est des cancers localisés de la glotte, entre 1977-1978 et 2001-2002. Dans le cas des lésions glottiques avec extension loco-régionale ou systémique, les taux de survie à 5 ans ont diminué de manière significative (p<0,001) au cours des 30 années écoulées. Cette tendance s’est révélée indépendante de la stratégie thérapeutique.

Enfin, la proportion de tumeurs bien différenciées dans les formes régionales du cancer laryngé, a diminué au cours du temps, qu’il s’agisse d’une lésion sus-glottique (p<0,001) ou glottique (p=0,007).

Cette étude rétrospective suggère que le pronostic vital des cancers du larynx ne s’est pas amélioré au cours des 30 années écoulées, en dépit des progrès diagnostiques et thérapeutiques. Cette remarque s’applique tout particulièrement aux cancers glottiques avec extension régionale et à toutes les formes avec extension systémique. Les tendances histopathologiques rejoignent celles constatées avec les autres cancers provoqués par le tabagisme. Le rôle de l’exposition à ce facteur carcinogène et du terrain semble être plus important dans cette évolution que celui joué par les divers traitements.

Dr Philippe Tellier

Référence
Cosetti M et coll. Five-Year Survival Rates and Time Trends of Laryngeal Cancer in the US Population. Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 2008;134:370-379.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article