Leclerc entend élargir son influence

Paris, le mardi 14 avril 2009 – La vente de prothèses auditives représente, à l’heure du vieillissement de la population, un champ à investir pour les pharmaciens. Ces dernières années, on a ainsi vu un nombre croissant d’officines proposer leurs services dans ce domaine. Cependant, sur ce terrain, elles doivent encore compter avec la concurrence des grandes surfaces et notamment des incontournables centres Leclerc. Après avoir constitué au cours des quatre dernières années le réseau « Optique E. Leclerc », la célèbre enseigne se lance en effet à l’assaut de l’audition. Ce 31 mars, une première boutique, appelée sans surprise « Audition E. Leclerc » a vu le jour à Saint Etienne du Rouvray, qui devrait être suivie de dix-huit autres tout au long de l’année. Les services proposés se veulent irréprochables : bénéficiant des conseils d’un audioprothésiste diplômé, les clients-patients trouveront dans ces magasins dédiés à l’audition, outre une salle d’attente, une salle d’audiométrie et un laboratoire. Il sera également possible de jouir de « dépistages » et de « conseils gratuits », tandis que les boutiques « Audition E. Leclerc » garantiront également des « devis précis et des solutions de financement » et assureront les « réparations des équipements ». Mais le choix des supermarchés d’investir ce domaine médical n’est pas seulement philanthropique : le marché est en effet prometteur, avec « cinq millions de Français souffrant de troubles auditifs » dont seulement « 20 % (…) sont actuellement équipés d’audioprothèse » selon le groupe. Des personnes malentendantes que Leclerc espèrent bien attirer dans son giron par des offres alléchantes.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article