Les anomalies de l’oreille externe du foetus

J.-M. LEVAILLANT, J.-P. BAULT, T. VERNET, B. BENOÎT,
CEFFE Créteil, CHU du Kremlin-Bicêtre, CHI Créteil, CH Monaco

Les anomalies de l’oreille sont fréquemment associées à des anomalies d’organes.

L’oreille est donc un organe à reconnaître, et en situation de dépistage, bien qu’elle ne soit pas mentionnée dans le compte-rendu minimum, il est recommandé :

– de s’entraîner à les regarder (au moins une) chez un fœtus désigné comme normal en échographie du 2e trimestre,

– de les rechercher systématiquement dans les situations où on découvre une anomalie morphologique (tableaux 1 à 7)

L’oreille externe (figure 1) peut présenter de nombreuses variantes anatomiques chez le fœtus comme chez l’adulte (figure 2).

Quels sont les critères objectifs permettant de juger de la normalité ou non de l’oreille externe ?

- la taille (1) (tableaux 8 et 9)

- l’orientation (2) (figures 3a, 3b).

Aspect phénotypique

• La hauteur : le meilleur repère est que le bord de l’hélix dans les situations normales est au niveau de la suture pariétale (figure 4).

Une anomalie du pavillon traduit des anomalies des crêtes neurales du tronc cérébral, associées à des troubles de l’oralité et de dysfonctionnement du tronc cérébral. Les pathologies du pavillon sont annonciatrices d’un Charge*, sous toutes ses formes, ou d’une dysostose mandibulo-faciale (Goldenhar, Treacher-Collins, pathologies du 1 er arc, etc.) (figure 5).

• Images attendues/images pathologiques : quelques exemples

– Images attendues (figures 6a à 6c).

– Images pathologiques (figures 7 à 13).


Copyright © Len medical, Gynécologie pratique, janvier 2018

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article