Les Français sont prêts à la lutte contre l’alcool !

Paris, le vendredi 15 juin 2018 - En début d’année, Agnès Buzyn avait laissé entrevoir son intention de renforcer l’action des pouvoirs publics vis-à-vis de l’alcool…avant d’être tancée par d’autres membres du gouvernement et le Président de la République.

Cette question s’est de nouveau invitée dans les débats, hier, grâce à une initiative de la Ligue nationale contre le cancer qui a mené, avec l’institut Odoxa, une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 1004 personnes, afin de déterminer quelles mesures les Français seraient prêts à approuver.

Le vin plus cher, c’est d’accord !

En premier lieu, soulignons que 54% des sondés se sont dits « favorables » ou « très favorables » à « une augmentation du prix des produits contenant de l'alcool », rejoignant ainsi un groupe de spécialistes de santé publique ayant récemment plébiscité cette mesure. Mieux, 58% adhèrent à l'idée d'une « taxation sur les produits contenant de l'alcool pour compenser les dépenses de santé liées à la consommation d'alcool ».

Autres dispositions proposées par la Ligue, « le renforcement de la prévention chez les jeunes » fait presque l'unanimité avec 92 % d’opinions favorables. « Un étiquetage sur les boissons alcoolisées mentionnant les risques liés à la consommation d'alcool » est, lui aussi, plébiscité par 81% des sondés. Enfin, « l'interdiction totale de la publicité pour les produits alcoolisés y compris sur internet » est approuvée par 71% des personnes interrogées.

Forte de ce constat, la Ligue contre le cancer demande aux pouvoirs publics « l’interdiction totale de la publicité des produits alcoolisés, internet compris, un étiquetage spécifique sur les risques liés à la consommation d’alcool sur tous les produits alcoolisés, une taxation au gramme d’alcool sur les produits en contenant ».

Soulignons que cette dernière mesure n’est pas qu’un doux rêve et que le 1er mai dernier, l'Écosse a introduit un prix minimum (50 pence par unité d'alcool) afin d'empêcher la vente de bouteilles trop bon marché.

Qui a dit que lutter contre l’alcool c’était « emmerder » les Français ?

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article