Les nomogrammes prédictif de l’accouchement voie basse sont-ils pertinents ?

La tentation est grande de vouloir préciser à une femme ses chances d’accoucher par voie basse après un antécédent de césarienne. C’est ce que proposent trois modèles prédictifs, Grobman 2007, Grobman 2009 et Metz 2013, prenant en compte entre autres facteurs l’âge de la patiente, la parité, le terme et l’indice de masse corporelle.

Afin de mettre à l’épreuve leur efficacité, une équipe américaine les a testés en confrontant leurs résultats à ceux de 404 patientes ayant tenté un accouchement par voie basse. L’étude s’est cantonnée aux femmes à terme avec fœtus unique, en présentation céphalique.

Les trois-quarts des femmes ont accouché voie basse et parmi elle plus de la moitié avaient déjà accouché voie basse, contre seulement 28 % de celles qui ont finalement accouché par césarienne. Le principal facteur prédictif de succès est d’avoir un indice de masse corporelle normal.

Une fiabilité limitée

Le Grobman 2007 et le Metz s’avèrent fiables lorsque les probabilités d’accouchement voie basse sont supérieures à 60 %. Par contre aucun des modèles ne l’est lorsqu’il détermine des chances d’accouchement voie basse inférieur à 60 %. En effet, il y a en fait peu de différences dans les succès de voie basse, qu’ils aient été estimés à 20 % ou à 50 %.

Ces pronostiques qui ont tendance à sous-estimer les chances de voie basse risquent d’inquiéter exagérément praticiens et patientes. Au final il n’est pas certains que ces modèles soient d’une grande aide dans la discussion de la voie d’accouchement pour des équipes bien au fait des recommandations de bonne pratique clinique.

Marie Gélébart

Référence
Harris BS et coll. Are prediction models for vaginal birth after cesarean accurate ? Am J Obstet Gynecol 2019;220:492.e1-7.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article