Les particules fines en cause dans 7 millions d'insuffisances rénales par an

Plusieurs études ont attiré l’attention sur la présence de variations géographiques dans l’incidence de l’insuffisance rénale chronique. Ces variations ne peuvent être expliquées simplement par les facteurs de risque habituels. La responsabilité d’autres éléments doit donc être recherchée. Parmi ceux-ci, les facteurs environnementaux, et notamment la pollution de l’air.

Il a été récemment démontré que les particules fines de moins de 2,5 µm (PM2,5) pourraient être un facteur de risque de développement et de progression de néphropathie. Une relation linéaire a été retrouvée entre le niveau d’exposition aux PM2,5 et le risque de survenue d’une insuffisance rénale chronique, de progression d’une néphropathie et d’insuffisance rénale terminale.

La part de responsabilité de la pollution de l’air ambiant sur l’insuffisance rénale au niveau mondial n’a pas encore été bien évaluée. Elle permettrait d’expliquer certaines variations géographiques, aiderait à l’identification de zones endémiques et nourrirait les débats sur les effets de la pollution de l’environnement sur la santé.

8,5 millions d’années de vie perdues

Une équipe états-unienne publie les résultats d’un travail réalisé selon la méthodologie de l’étude Global Burden of Disease de l’OMS. Il s’agit d’une analyse quantitative évaluant dans 194 pays la part d’insuffisances rénales chroniques attribuables à la pollution par les particules fines. Pour ce faire les auteurs ont utilisé plusieurs mesures : la "charge" de morbidité, les années vécues avec une invalidité, les années de vie perdues et l’espérance de vie corrigées sur l’invalidité.

Selon ces données, l’incidence de l’insuffisance rénale chronique, attribuable aux PM2,5 à l’échelle mondiale, avoisine les 7 millions par an, soit 94 cas pour 100 000 personnes par an, avec 8,5 millions d’années de vie perdues et 11,4 millions d’années de vie corrigées du facteur invalidité. L’étude révèle des différences géographiques substantielles et identifie les régions où la pollution de l’air ambiant aurait un impact significatif sur l’épidémiologie de l’insuffisance rénale chronique. Il s’agit particulièrement de l’Amérique centrale, l’Afrique du Nord, plusieurs pays des régions de l’est de la Méditerranée, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde et plusieurs pays du sud-est asiatique.

B Bowe et coll. estiment que ces données justifient une meilleure prise en considération, au niveau mondial, de l’impact de la pollution de l’air sur la santé des populations.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Bowe B. et coll. : Estimates of the 2016 global burden of kidney disease attributable to ambient fine particulate matter air pollution. BMJ Open 2019;9:e022450.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article