Les partisans de l’Ordre infirmier estiment avoir sauvé les meubles

Paris, le lundi 28 avril 2008 – Alors que le taux de participation au scrutin électronique (ouvert du 9 au 24 avril), destiné à élire les conseillers départementaux du futur Ordre infirmier, s’élevait à mi parcours à 7 %, Régine Clément, présidente de l’Association pour un Ordre des infirmières et infirmiers de France (APOIIF) ne parvint pas à cacher sa déception : « C’est une catastrophe » avait-elle déclaré. A l’heure de la clôture de l’élection, le 24 avril, un regain d’optimisme a saisi les partisans de cette institution si souvent contestée, face à un taux de participation global de 13,73 %, et ce malgré le déroulement du scrutin pendant les vacances scolaires. Les artisans de l’Ordre sont d’autant plus enthousiastes que ces chiffres sont établis à partir du nombre total d’infirmières inscrites sur les listes électorales, alors que plus de 60 000 professionnelles n’ont pas reçu leurs codes de vote. Ce défaut de distribution est imputé par le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) aux vaguemestres qui face au surcroît de courrier ont « privilégié » « leur travail habituel ». L’organisation remarque en outre que « certains DRH » n’ont pas donné « de consignes de distribution au nom de la paix sociale ». A contrario, un large satisfecit a été donné au ministère de la santé par les promoteurs de l’Ordre, qui ont notamment salué le fait que le centre d’appel dédié aux élections ait fonctionné quotidiennement, y compris le dimanche.

Peu d’électrices et peu de candidatures dans le secteur privé

C’est, on s’en doute, au sein des hôpitaux et des cliniques que certaines électrices ont pu être privées de leurs codes informatiques. C’est également dans le secteur public et dans le secteur privé salarié que les taux de participation ont été les plus bas (11,91 % dans le public et 12,64 % dans le privé) alors que 21,31 % des infirmières libérales se sont dûment connectées pour voter. Ces disparités, qui ne s’expliquent pas seulement par un défaut de distribution des codes d’électeurs, mais également par la plus forte présence d’un courant fortement défavorable à l’Ordre au sein des établissements, se retrouvent également en fonction des départements. C’est ainsi que sont salués les très bons résultats du territoire de Belfort (47,62 % d’infirmières libérales ont voté) ou ceux de l’Indre (30,75 % des infirmières du secteur public ont participé au scrutin) tandis que sont déplorés les taux très décevants de Paris (7,24 % pour les libérales, 5,78 % pour le secteur privé et 4,93 % pour le secteur public) ou encore du Lot et Garonne (moins de 1 % de participation chez les infirmières des cliniques !). Si les taux de participation ont déjà fait l’objet d’une communication nationale, il faut pour connaître nominalement les conseillers qui ont été élus se retourner jusqu’à aujourd’hui vers les Directions départements des affaires sanitaires et sociales (DDASS). Après avoir montré un engagement sans faille dans l’organisation de l’élection, le ministère de la Santé a en effet marqué le pas en ce qui concerne la communication post élection. On rappellera que 3 348 candidatures ont été enregistrées pour 1 868 postes de titulaires. Reflétant un désintérêt marqué pour la mise en place de l’Ordre, les infirmières des cliniques privées ont été peu nombreuses à se porter candidates : le nombre de candidatures est plus faible dans ce collège que le nombre de postes de titulaires (529 vs 574).

Des résultats qui peuvent conforter partisans et opposants

Si ceux et celles qui ont milité tout au long de ces dernières années pour obtenir la création d’un Ordre se félicitent que les résultats aient été finalement moins décevants que ne le laissaient redouter les premières estimations (et plus importants que les élections à l’Ordre des kinésithérapeutes), les organisations défavorables à l’Ordre, bien que peu représentées, mais très actives (CFDT, FO, CGT), peuvent, pour leur part, remarquer que les taux de participation ne sont en rien un plébiscite en faveur de l’Ordre. 

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • ORDRE INFIRMIER ET FUMISTERIE DES SYNDICATS

    Le 28 avril 2008

    Il est à noter que dans plusieurs départements, alors que les syndicats (qui soit dit en passant ont toujours dit que les revendications infirmières étaient "corporatistes", ce n'est pas le cas des cheminots, des routieurs ou des prof...comme nous le savons tous) ne nous ont pas soutenu et même sont allés jusqu'au "sabotage" de nos mouvements, ont fait élires de leurs representants et cela pendant qu'ils appellaient les professionnels, notamment dans le publique à ne pas se presenter, ni à voter...Cela s'appelle se moquer des gens et surtout cela sent le tripatouillage et la main mise sur une structure qui se veux apolitique et hors du champ syndical...Ont-ils peur de perdre les quelque adhérents, qui leur restent?

    Eric Borde IADE

  • ordre infirmier et syndicalisme

    Le 29 avril 2008

    La rancoeur de certains infirmiers,partisans de l'Ordre,à l'encontre des syndicats se manifeste au lendemain du fiasco. La création d'un Ordre infirmier est un acte politique fort déplaisant, du moins dans les circonstances actuelles. Si la revalorisation de la profession en reconnaissant le niveau d'étude avait eu lieu auparavant, il est probable que le projet eut été mieux accueilli.
    Dans cette profession majoritairement féminine, il est très difficile de trouver des salariées"engagées".
    Certe,elles s'investissent dans leurs métiers et développement de carrières mais plus rarement dans le combat de convictions pour changer leurs conditions.
    Ceux sont, précisément, ces même salarié(e)s que l'on retrouve postulantes à l'élection. Ce n'est pas de l'entrisme pour autant.
    Quant aux très décevant intérêts manifestés à ces elections,ils confirment ce que les syndicats constatent dans les hôpitaux et cliniques: ils investissent beaucoup de conviction, de "coeur" et de travail(parfois après le travail)pour obtenir de maigres résultats. Et ça, vous venez de le découvrir!

    Bernard Decroix, IDE

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.