Les programmes éducatifs pour éviter les blessures graves sont efficaces, même au rugby !

L'atteinte de la moelle épinière (AME) est la principale cause de morbidité grave et de mortalité dans le rugby, même si l'exposition individuelle (par joueur) est rare. Dans les années 70 et 80, une augmentation inquiétante des cas d'AME graves dans le monde du rugby a été rapportée par les journaux médicaux à travers différents pays. Cela a incité et poussé les autorités nationales et internationales du rugby à prendre des mesures pendant les années 80 et 90 afin de diminuer le risque d'AME, notamment celles provoquées par les mêlées. Ces mesures comprenaient un changement des règles des mêlées, une application plus stricte des règles existantes et des initiatives éducatives. Une revue de la littérature jusqu'en 2001 montre que 40 % des AME dans le rugby surviennent au cours des mêlées, 36 % après un plaquage, 18 % sur des mauls ou rucks (mêlées spontanées) les autres accidents étant secondaires à d'autres actions de jeu ou de causes indéterminées. En Nouvelle-Zélande, où le rugby est le sport le plus populaire, un programme éducatif de prévention (RugbySmart) contre les blessures graves liées au rugby a été mis en place en 2001. Tous les entraîneurs et arbitres devaient se conformer à ce programme, dont les objectifs principaux étaient l'éducation des joueurs sur la condition physique, la gestion des blessures et les techniques permettant d'éviter le risque de blessure au cours des phases de contact.

Afin de mesurer l'efficacité de ce programme préventif, une équipe nouvelle-zélandaise a répertorié tous les cas d'AME à l'origine d'handicap permanent entre 1976 et 2005, regroupés par périodes de 5 ans, puis ils ont comparé le nombre de cas attendus à celui de cas observés d'AME dans la période 2001-2005.

Les auteurs ont retrouvé 8 cas d'AME en 2001-2005, alors que le nombre de cas attendus était de 18,9 (RR = 0,46 ; IC à 95 % : 0,19 – 1,14 ; différence non significative). Un seul cas d'AME survenu au cours d'une mêlée a été observé durant cette période le nombre de cas attendus étant ici de 9 (RR = 0,11 ; IC à 95 % = 0,02 – 0,74 ; différence significative). Pour les autres phases du jeu (plaquage, mauls et rucks), le nombre de cas observés d'AME était de 7 et celui des cas attendus de 9 (RR = 0,83 ; IC à 95 % = 0,29 – 2,36 ; différence non significative).

Les auteurs concluent qu'à la suite de l'introduction du programme RugbySmart, une réduction du taux d'atteintes invalidantes de la moelle épinière liées aux mêlées du rugby a été constatée. Cette étude démontre l'efficacité des programmes éducatifs dans la prévention des blessures graves et met l'index sur la nécessité de systèmes de surveillance pour évaluer l'efficacité des différentes initiatives préventives dans le sport.

Dr Khodor Chatila

Référence
Quarrie K L et al. "Effect of nation wide injury prevention programme on serious spinal injuries in New Zealand rugby union: ecological study." BMJ 2007, en ligne avant publication le 18 mai, BMJ, doi:10.1136/bmj.39185.605914.AE.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article