Les promesses des recherches génétiques en psychiatrie

« L’admirable nature a voulu que ce que les hommes ont de commun fût essentiel, et ce qu’ils ont de différent peu de choses : il est vrai que ce qu’ils ont de différent change beaucoup ce qu’ils ont de semblable ». Cet aphorisme célèbre de Rivarol guide la recherche des facteurs génétiques régissant les pathologies. La psychiatrie n’échappe pas à la règle, même si le substrat organique n’est certainement pas le seul en cause. Les premières recherches dans ce domaine remontent à Kraepelin établissant, vers 1890, les bases de ce qu’on appelle aujourd’hui le « phénotype bipolaire » (psychose maniaco-dépressive).

Seconde phase pour la recherche génétique en psychiatrie : les études chez des jumeaux montrant, vers 1930, certaines corrélations familiales (donc génétiques) dans ces troubles bipolaires.

Quant à la fin du XXème siècle, elle a vu l’essor de la « cartographie » et des marqueurs génétiques, encore fort modestes dans cette spécialité, mais où l’auteur, confiant dans l’avenir, voit un aperçu encourageant des progrès futurs. Il rappelle plusieurs avancées comme la mise en évidence d’une région du chromosome 13, abritant le gène de la DAOA (Activateur de la D-Amino Acide Oxidase), impliqué sans doute dans les troubles bipolaires, voire certaines psychoses. Et le lien entre des pathologies du post-partum (psychoses puerpérales, accès maniaques ou dépressifs) et des sites des chromosomes 8 et 16. Ou encore l’exemple du gène PICK1 (Protein Interaction C-Kinase-1) relevant du chromosome 22 et impliqué dans le contrôle de la transmission synaptique : des études l’incriminent dans le déterminisme de la schizophrénie.

Bien qu’elles concernent souvent de petits groupes, avec les difficultés d’interprétation statistique en résultant, toutes ces recherches devraient connaître un grand essor, dépassant la simple quête actuelle d’un marqueur dont les allèles se révèleraient plus ou moins fréquents dans une population atteinte d’une certaine affection, par rapport à une population-témoin.

Dr Alain Cohen

Référence
Mc Mahon FJ : A success at the end of an era, and a glimpse of things to come. American Journal of Psychiatry 2007 ; 164 : 999-1001.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • "Les promesses des recherches génétiques en psychiatrie"

    Le 28 août 2007

    Et il y a encore des gens qui croient à la psychogénèse des troubles dits psychiatriques qui sont, en fait, neurobiochmiques à expression psychique plus ou moins prédominante.

    Bernard Maroy

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.