L’héparine à dose thérapeutique semble vraiment bénéfique dans les formes modérées de Covid-19

L’héparine a, non seulement des propriétés anticoagulantes, mais possède aussi des effets anti-inflammatoires et potentiellement anti-viraux, et peut améliorer les fonctions endothéliales. Administrée tôt au cours de l’évolution de la Covid-19, l’héparine à doses thérapeutique pourrait réduire le phénomène thrombo-inflammatoire et le risque d’évolution vers une forme critique et le décès. Les essais randomisés ont montré que l’héparine à dose thérapeutique peut être utile dans les formes modérées, mais le bénéfice n’est pas retrouvé pour les patients atteints de forme grave. Certains travaux suggéraient même que, pour ces patients, le traitement pourrait être préjudiciable.

Une étude publiée dans le British Medical Journal compare l’efficacité de l’héparine à doses thérapeutique et prophylactique chez des patients atteints d’une forme modérée de la Covid-19 et présentant une élévation des D-dimères. Le critère de comparaison était composite, incluant l’admission en soins intensifs, la nécessité d’assistance ventilatoire ou le décès. Au total 465 patients adultes, de 60 ans d’âge moyen, ont été randomisés pour recevoir de l’héparine (de bas poids moléculaire ou non fractionnée), à la dose thérapeutique (n = 228) ou à la dose prophylactique (n = 237). L’indice de masse corporelle des patients était de 30,3 en moyenne.

Moindre mortalité

Force est de constater que la différence quant au critère principal de jugement n’est pas significative (admission en soins intensifs, ventilation mécanique ou décès) : il concerne 16,2 % des patients bénéficiant de l’héparine à dose thérapeutique et 21,9 % de l’autre groupe (Odds ratio OR 0,69 ; intervalle de confiance à 95 % IC 0,43 à 1,10). Le taux de survenue d’un décès toutes causes à 28 jours est toutefois significativement inférieur dans le 1er groupe (1,8 % vs 7,6 % ; OR 0,22 ; IC 0,07 à 0,65). La comparaison des taux d’admission en unité de soins intensifs et de nécessité de ventilation mécanique donne des résultats non significatifs. Notons que les accidents hémorragiques sont rares (n = 2 dans le 1er groupe vs n = 4 dans l’autre groupe), ainsi que les accidents thromboemboliques veineux (n = 2 vs n = 4).

Cette étude confirme que l’héparinothérapie à dose thérapeutique peut être utile pour les patients atteints d’une forme modérée de Covid-19, avec une élévation des D-Dimères.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Sholzberg M et coll.: Effectiveness of therapeutic heparin versus prophylactic heparin on death, mechanical ventilation, or intensive care unit admission in moderately ill patients with covid-19 admitted to hospital: RAPID randomised clinical trial. BMJ 2021;375:n2400. doi.org/10.1136/BMJ.N2400

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • SpO2 , Ddimères et HBPM: une expérience concordante

    Le 02 décembre 2021

    Tout à fait d'accord avec ces constatations. Sur les conseils d'un confrère de retour de Wuhan en novembre 2019, nous avons systématiquement instauré, avant l'arrivée des vaccins, des contrôles quotidiens de la saturation du sang en oxygène, et régulière des Ddimères chez les 60 polyhandicapés lourds (MAS) dont nous avons la charge. HBPM quand la SpO2 devenait inférieure à 95% et/ou avec une augmentation significativement concomitante des Ddimères. Aucun DC et amélioration souvent spectaculaire sous 48 à 72 heures en association avec une VNI et Dexamethasone. Nous avons ensuite continué à faire de même pour les vaccinés chez lesquels les Ddimères augmentaient souvent de façon très significative et inattendue...

    Dr Patrick Mongeard

Réagir à cet article