L’hyperuricémie augmente le risque de décès des patients atteints de coronaropathie sévère

Certaines études ont souligné qu’une hyperuricémie était un facteur prédictif de mortalité chez les patients qui avaient une maladie coronaire stable ou qui présentaient un syndrome coronaire aigu. D’autres études ne sont cependant pas parvenues à la même conclusion si bien que la signification pronostique d’une hyperuricémie notée dans un contexte de maladie coronaire tritronculaire sévère reste incertaine.

C’est ce qui a conduit Zhang et coll. à se pencher sur la question, en Chine, à partir des données d’une importante série de patients consécutifs qui avaient une maladie coronaire sévère (définie par la présence de sténoses coronaires tritronculaires ≥ 50 %).

L’analyse a porté sur 8 529 patients pour lesquels on disposait d’un dosage de l’uricémie. Une hyperuricémie a été retrouvée chez 1 207 (14,2 %) d’entre eux. A l’état basal, les patients hyperuricémiques avaient davantage de comorbidités et étaient plus souvent sous le seul traitement médical.

A intégrer dans le score SYNTAX

Au cours d’un suivi moyen de 7,5 ans, un nombre significativement plus élevé de décès sont survenus chez les patients hyperuricémiques comparés aux patients normo-uricémiques (22,5 % vs 13,7 % ; p < 0,001). Les analyses multivariées ont montré que l’hyperuricémie était associée à une augmentation du risque de décès (hazard ratio 1,33; intervalle de confiance 95 % : 1,15 à 1,53; p < 0,001). Cette association a été relativement constante dans tous les sous-groupes.

Trois mécanismes pourraient expliquer l’association entre l’hyperuricémie et l’augmentation du risque de décès. Ainsi, l’acide urique pourrait :

1- pénétrer dans l’endothélium et les myocytes et entraîner une dysfonction endothéliale.
2 - stimuler les chémokines et les marqueurs de l’inflammation.
3 - favoriser le développement d’une insulino-résistance et d’un syndrome métabolique.

L’ajout de l’hyperuricémie au score SYNTAX* a amélioré significativement le reclassement des patients et la prédiction de la survenue d’un décès.

En conclusion, l’hyperuricémie est relativement fréquente chez les patients qui ont une maladie coronaire sévère et est associée de façon indépendante à la mortalité. De plus, l’uricémie peut améliorer la valeur prédictive du score de risque SYNTAX qui est largement utilisé chez les patients coronariens.

*Le score SYNTAX évalue la gravité et la complexité des sténoses coronaires objectivées par coronarographie. Il prend en compte  l’anatomie des lésions. Plus le score est élevé (≥ 33) plus les lésions sont complexes.

Dr Robert Haïat

Référence
Zhang C et coll. : Implications of Hyperuricemia in Severe Coronary Artery Disease. Am J Cardiol., 2019; 123: 558−564.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Association et causalité

    Le 13 mars 2019

    Pourquoi ne pas dire "le risque de mortalité augmente l'uricémie" ?
    Il s'agit bien d'une association statistique entre deux variables, et rien ne permet d'affirmer que l'une provoque l'autre.
    On prend malheureusement régulièrement le (mauvais) pli journalistique de formuler des résultats de lien épidémiologique sous la forme d'une relation de causalité démontrée.
    C'est certes "vendeur"... et tout aussi trompeur.

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article