Lien prétendu entre vaccination et autisme : une action collective en préparation

Paris, le lundi 24 juillet 2017 – Beaucoup ont prévenu le gouvernement : l’annonce de l’extension de l’obligation vaccinale à onze vaccins recommandés aux nourrissons devrait intensifier la croisade des opposants à la vaccination. Déjà, de fait, des actions se préparent. Le Parisien révèle en effet qu’un collectif comptant une centaine de familles pourrait lancer à la rentrée une action de groupe contre plusieurs laboratoires pharmaceutiques : Sanofi, Pfizer, Eli Lilly et GlaxoSmithKline. Ces parents prétendent que les vaccins commercialisés par ces différentes firmes et qui contenaient du thiomersal (ce composé a disparu des vaccins depuis la fin des années 90) sont à l’origine des troubles autistiques développés par leurs enfants. Ce groupe est emmené par Martine Ferguson-André, membre de la commission de santé Europe Ecologie les Verts convaincue que la recrudescence de l’autisme (toute relative puisque récemment, à la faveur notamment de définitions changeantes,  le nombre de nouveaux diagnostics a reculé dans certains pays) est liée à la vaccination. Cette dernière n’hésite pas d’ailleurs pour servir son propos à organiser des projections du scandaleux film Vaxxed réalisé par André Wakefield, ancien scientifique britannique, dont la publication suggérant un lien entre autisme et vaccin ROR était une escroquerie démontrée. La récente jurisprudence européenne qui tend à reconnaître que les vaccins pourront être considérés comme responsables du développement de certaines pathologies, même en l’absence de preuve scientifique claire pourrait peser d’une manière importante sur ce type d’action collective, confirmant son caractère dommageable pour la santé publique.

Une substance bannie en dépit de preuves de sa toxicité

Rappelons que le thiomersal est un composé renfermant du mercure qui a été utilisé dès les années 1930 pour « prévenir toute prolifération bactérienne et fongique dans certains vaccins en cours de stockage » comme le rappelle l’Organisation mondiale de santé (OMS). Aucun des travaux sérieux conduits sur le sujet n’a permis de mettre en évidence un quelconque danger associé au thiomersal, et en particulier aucun lien entre ce produit et différents troubles neurologiques n’a été retrouvé. Néanmoins, pour répondre à l’inquiétude des populations, un grand nombre de pays et notamment l’Union européenne ont fortement enjoint depuis la fin des années 90 les fabricants à se passer de cette substance ; ce qui n’empêche pas aujourd’hui les plus ardents opposants aux vaccins de se souvenir d’elle, opposants qui pourraient bien mettre en avant que son interdiction est un aveu indirect du risque encouru !

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (30)

  • Vérifiez vos sources au lieu de dénigrer !

    Le 25 juillet 2017

    8.000 nouveaux cas d'autisme annuels en France pour 780.000 naissances soit +1% contre 1 pour 10.000 dans les années 70/80. De quoi s'interroger, non, quand les nouveau-nés sont diagnostiqués vers 2 ans alors qu'ils n'ont fait que boire du lait et prendre une avalanche de vaccins... Depuis la mise en place du calendrier vaccinal américain en 1992 en Géorgie (ex-URSS): HB quelques heures après la naissance, BCG à 5 jours, Hexa+Pneumo+Rota à 2 et 3 mois.... on assiste à une explosion des cas d'autisme inconnue sous l'ère soviétique qui ne vaccinait pas, principalement dans les quartiers bourgeois de Tbilissi qui avaient les moyens de payer... Voir aussi la jurisprudence italienne riche en condamnations de l'Etat pour autisme lié aux vaccins (ROR, Infanrix Hexa....) grâce à une justice et des experts indépendants, bâillonnés chez nous.
    Si le thiomersal (49% de Hg) a disparu des vaccins, il n'en demeure pas moins qu'il reste des traces de mercure dans tous les vaccins car les dérivés mercuriels sont toujours utilisés dans le process de fabrication (confirmé par un labo allemand d'analyse de l'environnement pour 16 vaccins courants analysés le 30.1.2017). Le mercure est le métal le plus toxique qui soit, même à des doses infimes, le problème est que les labos n'ont pas obligation de mentionner ces traces dans les ingrédients des vaccins. Andy Wakefield n'est pas l'escroc décrit mais tout au contraire un homme admirable, courageux, honnête et humaniste comme peu le sont. Toute cette cabale a été montée de toutes pièces par le lobby GSK/James Murdoch (fils de Rupert) patron du Sunday Times et membre du CA de Glaxo, payé 98.000 pounds et son subordonné journaliste Brian Deer alors que Wakefield avait osé dénoncer les effets collatéraux du vaccin MMR et qu'il préconisait à cet âge le monovalent à la place; un crime contre le programme MMR ! Et les autorités qui ont répondu en supprimant les 3 monovalents.... D'ailleurs la Haute Cour de Justice britannique a ensuite réhabilité toute son équipe, y compris les Prs Murch et Smith, mais de cela pas un mot dans les médias.... Elle a même dénoncé la sentence abusive de l'Ordre britannique...Prenez la peine de visionner le film VAXXED plutôt que d'assassiner sans savoir.
    Enfin l'obligation à 11 vaccins, c'est 10,8 mg de sels d'aluminium injectés, soit 3,835 mg d'aluminium en 8 injections aux nouveau-nés entre 2 et 12 mois. Dément ! Quand on sait que la norme maximale pour 1 litre de soluté à perfuser est de 0,025 mg....
    J'oubliais, la toxicité du Thiomersal n'est plus à démontrer, revoyez les travaux entre autres du Pr Boyd Haley qui a démontré son action nocive sur les métalloprotéinases matricielles et le collagène tout en favorisant l'angiogenèse des cellules cancéreuses...et bien sûr l'autisme !

    Serge Rader

  • Les mensonges ont les jambes courtes

    Le 26 juillet 2017

    5 scientifiques chinois ont publié sur la relation Thiomersal et autisme en Mars 2014; 5 autres de Harvard aussi, etc... nombreux autres. Ainsi que pour l'aluminium.

    Un vieux proverbe italien dit que les mensonges ont les jambes courtes. A terme le résultat sera un discrédit total de la Médecine Académique !...

    Serge Rader

  • Re-vérifiez vos sources M Rader

    Le 26 juillet 2017

    Merci M Rader pour cette intervention sur la vaccination.
    J'ai en effet vérifié vos sources concernant cet article. Et, je ne les trouve pas ! Pourriez-vous les indiquer s'il vous plait.

    Quand je reprends votre fréquence sur les cas d'autisme en France, on retrouve en effet 8000 cas d'autisme annuel. Le site autisme.fr nous donne bien cette fréquence mais il ne semble pas indiquer une augmentation de la fréquence statistiquement fiable. N'oublions pas que depuis les années 70, les médecins ont fait des progrès sur le diagnostic précoce de ces maladies (se référer au site pour plus d'info).

    Pour Tbilissi, j'ai juste retrouvé une conférence sur l'autisme. En effet ce pays semble maintenant se préoccuper du sort de ses malades (les effets positifs de la chute de l'URSS).

    Concernant le procès en Italie, en effet le juge a opté pour un lien entre le vaccin et l'apparition de la maladie. Les experts ont parlé d'une corrélation (cf cours de statistique). Un juge n'a pas valeur d'expert scientifique. D'ailleurs ce jugement ne vaut pas jurisprudence. Durant cette période, les experts citent 2 cas d'autisme sur 1 million d'enfants vaccinés. Je vous ramène à votre fréquence citée plus haut (8000 cas pour 780 000 naissances). Je vous laisse lire l'article suivant qui lui contient des références https://actualite.housseniawriting.com/sante/2015/03/26/vaccin-autisme-italie/2806/ .

    Je ne cherche pas vous convaincre sur les effets positifs de la vaccination. Vous êtes un antivax croyant avec ferveur aux effets non bénéfiques de la vaccination.
    Je veux juste faire remarquer à ceux qui pourrait lire votre commentaire, que votre diatribe pseudo-scientifique est pauvre.

    En résumé, pour les gens soucieux de leur santé, avant de croire, renseignez-vous pour comprendre. Ne faites pas confiance à ce que vous pouvez lire sur internet. Tout article scientifique doit être lié à des références, facilement consultables et critiquables.

    Cyril R.

  • Réponse à Cyril R

    Le 26 juillet 2017

    Cher Mr, vous parlez d'un procès italien, j'ai dans les mains une vingtaine d'expertises scientifiques d'une vingtaine d'affaires différentes m'ayant été adressées par les avocats... Si vous parlez de celui de Milan, le juge Di Leo a mis en avant le doc confidentiel de GSK qui comportait 5 cas d'autisme das les essais non reportés dans le dossier d'AMM.... j'ai interrogé Buzyn à la HAS à ce sujet, pourquoi l'AMM n'a toujours pas été corrigée alors que l'affaire italienne remonte à Sept 2014 ? Pas de réponse...Par ailleurs un juge juge sur pièces et preuves, pas à la tête du client ! Enfin j'ai vendu des vaccins toute ma vie (je suis phcien) sans me poser de questions et face aux dégâts qu'ils provoquent actuellement (trop nombreux, adm trop jeunes avec des compos démentes -mercure, alu, nanopaticules) j'ai depuis 4 ans (j'en ai 64) une autre vision à leurs sujets que j'ai approfondie à plein temps. Si tous les professionnels de santé en faisaient autant au lieu de vacciner à l'aveuglette... Si les parents se révoltent, ils ne sont pas fous, et la vaccination ne poserait pas de problème, ils voient bien les effets néfastes des vaccins sur leurs NN avec qui ils vivent 24H sur 24H et non pas les qq minutes de visites pédiatriques menées tambours battants sans précautions ni interrogatoire seérieux; effets qui rarement sont remontés à la pharmacovigilance et aux autorités qui cherchent à les étouffer... Mais patience tout cela va remonter en surface...
    A propos des articles scientifiques, Richard Hurton (Lancet) et Murcia Angell (NEJM) annoncent qu'ils sont biaisé à 50%. Question transparence on est servie.

    Serge Rader

  • L'autisme n'existe pas

    Le 30 juillet 2017

    Merci a Cyril R pour ce rappel salutaire ! le pseudo-scientisme de Mr Rader pourrait impressionner les personnes crédules ... Peut-être peut-on ajouter que "l'autisme" n'existe pas ! Ce qui existe sont des troubles du spectre de l'autisme, c'est à dire une pluralité de situations cliniques qui ont certes quelques points en commun, mais d'extrêmes différences aussi, à tout niveau, étiologique, pathogénique, clinique, et évolutifs. On ne peut absolument pas comparer les prévalences entre les années 70 et 2000 car on ne se référait pas aux mêmes entités puisque le DSM III date de 1982 (les troubles envahissants du développement), le DSM V de 2015- version française, (les troubles du spectre de l'autisme).

    Dr Philippe Gabbai

  • Vaccins & TSA

    Le 30 juillet 2017

    Il faut se souvenir que l'alcoolisation fœtale, hélas fréquente, contient parmi les troubles qu'elle cause des troubles du spectre autistique.

    Dr. A. Fourmaintraux

  • 11 Vaccinations obligatoires???

    Le 31 juillet 2017

    Trop c'est trop! Rien de tel pour faire flipper tout le monde! 35 ans de comptoir en officine, et je me pose des questions: injecter à un nn 11 vaccins,soit xxx antigènes,et yyy solvants, n'est-ce pas affoler le système immunitaire? En général on attrape une maladie (ou 2) à la fois, pas 11 en quelques mois! Cet enfant si il vit ds un milieu "normal" risque-t-il une contamination par l'HépB (voie sexuelle? toxicomanie?) Il est impossible en pratiquant une telle sur- vaccination de masse de ne pas avoir de "dégâts collatéraux" car ils sont aujourd'hui imprévisibles!Les connaissances actuelles sur ces effets secondaires(bien réels, malgré les affirmations des savants du vaccin Voir les soucis avec le vaccin anti-grippal que je constate tous les ans) sont encore insuffisantes, car chaque patient est différent, immunologiquement parlant.Ne vaudrait-t-il pas mieux appliquer le principe de précaution? Mais l'état nous dira que c'est pour l' intérêt général ( et tant pis pour les pauvres enfants et parents qui auront une vie bousillée!) Je ne suis pas contre une vaccination adaptée à chaque patient et situation,avec des vaccins sûrs, donc ds le cadre de centres ou cabinets de santé dévoués à la vaccination,et suivant le risque épidémiologique global ds notre pays,avec pharmaco-vigilance. Pourquoi le calendrier vaccinal est-il différent ds les pays européens? Les danois meurent-t-ils plus de méningites que nous? Le tétanos s'arrête-t-il à la frontière allemande? Le débat est loin d'être terminé, mais comme me disait un confrère, c'est bon pour le business!! ça, oui!!!

    Pierre Gilloz, pharmacien

  • Les vaccins sauvent des vies, pas le contraire

    Le 02 août 2017

    Je suis médecin en réanimation pédiatrique et je vois régulièrement des enfants mourir parce qu'ils n'ont pas été vaccinés, ou amputés d'une ou deux jambes parce qu'ils n'ont pas été vaccinés, ou encéphalopathes après une méningite parce qu'ils n'ont pas été vaccinés ou juste passer 1 mois en réanimation pour détresse respiratoire parce que leurs parents n'ont pas été vaccinés contre la coqueluche...Je n'ai en revanche jamais vu d'enfant en réanimation à cause d'un vaccin...Je ne sais pas comment les gens peuvent encore se regarder dans la glace quand leur enfant meurt d'une méningite, à pneumocoque par exemple, alors qu'il aurait pu être vacciné...Quand aux médecins et aux pharmaciens qui sont contre les vaccins, ce n'est pour moi pas admissible...

    Dr C N

  • Affolement immunitaire ?

    Le 06 août 2017

    J'aimerais bien que M. Gilloz m'explique ce qu'il entend par "affolement immunitaire".... Quoiqu'il me semble qu'un système immunitaire bien affolé soit justement le plus à même de défendre son propriétaire !

    AC. Moreau

  • et revoilà les mêmes

    Le 07 août 2017

    L'article de Wakenfield (autisme/ vaccin de la rougeole) a été reconnu comme frauduleux !
    Parlez, mentez il en restera toujours quelque chose (Aphorisme plusieurs fois millénaire)
    La liberté d'expression est telle que les râleurs, les fanatiques, les menteurs comme les militants sont les plus visibles sur les réseaux. Mais qu'en sera-t-il quand ceux qui ont raison de lancer une alerte le feront dans les règles?

  • Confrère Gilloz,

    Le 09 août 2017

    Bienvenu au club des responsables et pour répondre à AC.M, l'affolement pour ne pas dire la tempête immunitaire consécutive à ces multi-vaccinations qui affaiblissent leur immunité fait que tous ces jeunes enfants ont une santé globale largement plus mauvaise que leurs prédécesseurs d'il y a 40 ans. Pour être un bon praticien il ne suffit pas de recracher les nombreuses incongruités et inepties apprises par coeur sur les bancs des facultés au gré des lobbies mais de savoir faire une synthèse des observations du terrain et d'agir en conséquence. Un bon professionnel sait faire fonctionner ses méninges et son esprit critique largement absent actuellement.

    Serge Rader

  • Neurogénése

    Le 09 août 2017

    Mr Rader, il me semblait de plus en plus évident que l'autisme faisait suite à des problémes de neurogénése, débutant intra utéro
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27014681

    Dr Anne Dien

  • Au Dr Dien

    Le 10 août 2017

    Je ne compte plus les contacts de jeunes enfants devenus autistes régressifs après vaccinations, alors qu'ils étaient parfaitement normaux avant vaccinations...

    Serge Rader

  • Biais de temporalité

    Le 11 août 2017

    Je ne suis pas plus spécialiste de l'autisme que M Rader, ce qui donne autant de poids à mon avis que le sien...
    Il me semble que l'autisme est aujourd'hui diagnostiqué vers 3-4 ans, soit 1 à 2 ans après les obligations vaccinales. Ce n'est donc pas étonnant de diagnostiquer des autismes après les vaccinations. Ca s'appelle un biais de temporalité, et le dernier étudiant en médecine ou en pharmacie de 2nde année connait ça.

    Dr E Orvain

  • "Tempête immunitaire" hors vaccination

    Le 11 août 2017

    Une "tempête immunitaire" provoquée par les vaccinations est décrite comme catastrophique par leurs détracteurs.
    Soit, mais qu'en est-il de celle qui agresse un nouveau né, à la naissance, qui sort d'un milieu stérile pour arriver dans un monde plein de sales microbes, voire de celle qui atteint les enfants qui entrent en école ou en crèche?.

    Les vaccinations semblent beaucoup moins agressives pour l'immunité des enfants que le milieu ambiant, il suffit de voir les précautions prises pour protéger les immunodéficients de ces "petites infections".

    Dr Eric Giblot Ducray

  • Croyances et médisance

    Le 13 août 2017

    Aucune preuve à vos dires Mr Rader. Vous êtes une victime consentante du "post hoc ergo propter hoc", que pourtant les philosophes de l'Antiquité dénonçaient déjà, bien avant la médecine moderne donc. Et cracher sur les études universitaires n'est pas non plus un argument qui tient la route. Croyance et médisance ne constitueront jamais des preuves scientifiques.

    Dr Anne-Claire Moreau

  • Peut-on poursuivre en justice les antivax pour mise en danger ?

    Le 13 août 2017

    Les antivax semblent très férus de décisions de justice, et moins de science. Ne serait-il pas logique de les poursuivre pour mise en danger d'autrui à chaque maladie ou décès d'un enfant pour non vaccination ? C'est trop facile de faire de la pseudo-science à coup de messages rageurs (et jamais sérieusement référencés), sans proposer d'alternative et - surtout - avec la certitude de ne jamais avoir de compte à rendre.

    Dr Philippe Mayran

  • Self esteem

    Le 13 août 2017

    En tout cas M. Rader n'a aucun problème d'estime de soi : pharmacien d'officine, il s'estime plus compétent en vaccinologie que l'immense majorité des médecins, pharmaciens et biologistes du monde entier. Chapeau.
    Plus sérieusement, je trouve assez cocasse qu'il nous reproche de ne pas savoir nous remettre en question.

    Dr A-C M

  • Dichotomie simpliste

    Le 13 août 2017

    Quel que soit le camps, pro ou anti vaccinaliste (pour rester dans la dichotomie simpliste de la plupart des intervenants de ce pseudo débat), ce qui me frappe, c'est l'absence de modestie, de doute, dans vos propos, essentiellement des affirmations peu documentées et des jugements à l'emporte pièce sur les différents protagonistes, jugements indignes d'une attitude scientifique.

    Je vous invite à lire un livre récent (2016) qui vous apportera quelques possibles réponses (mercure, aluminium, autisme, spectre autistique, vaccin antirougeoleux, milieu ambiant ...), présentées sous formes d'hypothèses, notamment biologiques (bien étayées scientifiquement) et qui permettent de comprendre pourquoi nous sommes dans une probable impasse médicale, fourvoyés notamment dans une pseudo prévention (dont la vaccination fait partie) et asphyxiés par les conflits d'intérêt, la main mise des lobbys pharmaco-politiques, la presse et les médias achetés..., à subir une sorte de "démocrature" (les derniers propos du Prof Alain Fischer qui déplace la responsabilité de l'état et des laboratoires pharmaceutiques vers les parents d'enfants vaccinables, font peur!).
    Il s'agit du livre du Prof Dominique Belpomme, "Comment naissent les maladies ... et que faire pour rester en bonne santé" ed LLL. Les quelques 800 références (96 pages sur un total de 429 pages !) devraient vous occuper cet été !

    J'aurai tendance au moins à écouter avec respect
    les pharmaciens qui tiennent un discours qui va à l'encontre de leur interêt économique personnel (puisqu'ils vendent des vaccins) et qui acceptent de se remettre en question, après des années de commerce pharmaceutique ...

    Dr Michel Boudet

  • Ne pas confondre

    Le 13 août 2017

    Voilà qui contredit le principe même de l'immunité.
    C'est parce que l'on est agressé par toutes sortes d'Ag que nous sommes plus résistant au milieu extérieur. Ne pas confondre les petites réactions passagères aux différent vaccins avec un affaiblissement immunitaire.

    Dr Christian Marty

  • Précipitation et irrespect

    Le 14 août 2017

    Passer de trois vaccins obligatoires à 11 d'un coup, pour tous les bébés, sans progressivité.
    Maintenir dans la composition des vaccins l'aluminium qui est hautement suspect.
    Tout cela me semble bien imprudent et propre à susciter la méfiance du public.

    Dr Joël Delannoy

    Nous sommes malheureusement trop habitués à recevoir de la part des multinationales et des industriels, des messages rassurants mais mensongers. Amiante, glyphosate, néonicotinoïdes, perturbateurs endocriniens, opérateurs de téléphonie, Linky.
    (Voir les statistiques de l'institut de veille sanitaire : http://www.robindestoits.org/Cancers-prioritaires-a-surveiller-et-etudier-en-lien-avec-l-environnement-Synthese-de-l-INVS-Juillet-2006_a1424.html )

    La confiance aveugle en la science est morte.
    Les gens ne croient plus que si l'état leur impose quelque chose, c'est pour leur bien.
    Les "experts" font trop de lobying pour être encore crédibles.

    Il y a certes des gens qui sont contre tous les vaccins. Ils ne sont pas très nombreux.
    Il y a surtout beaucoup de gens qui s'interrogent et s'indignent qu'on leur refuse le droit de s'interroger au prétexte qu'ils seraient des obscurantistes et plus vous ferez le forcing, plus ils se méfieront, surtout en ce qui concerne ce qui leur est le plus cher, leur enfant.

    Supprimer l'aluminium, ajouter un vaccin à la fois, voir ce que cela donne, avant d'en ajouter un second. Cela pourrait rassurer.
    Imposer 11 vaccins d'un coup, c'est un manque de prudence et de respect du public qui ne peut que susciter une levée de boucliers.

    Dr Joël Delannoy

  • @Dr M. Boudet

    Le 14 août 2017

    "J'aurai tendance au moins à écouter avec respect les pharmaciens qui tiennent un discours qui va à l'encontre de leur intérêt économique personnel (puisqu'ils vendent des vaccins) et qui acceptent de se remettre en question, après des années de commerce pharmaceutique ... " Si c'est de M. Rader que vous parlez, à ma connaissance il ne travaille plus en officine et n'a donc plus d'intérêt à vendre ou ne pas vendre des vaccins. En revanche il vend des livres ("Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir"), en collaboration avec Mme Michèle Rivasi (supporter de Wakefield) dont il fut, si je ne m'abuse, le "conseiller santé" (au nom de quelles compétences ??) avant de devenir celui de.... M. Dupont-Aignan (quel grand écart politique), lui-même supporter de l'ex-Dr Joyeux (qui vend aussi des livres, et des conférences sur l'intérêt du traitement de la SEP par venin d'abeille, ou de la mucoviscidose par le miel, etc...vérifiez sur Youtube si vous ne me croyez pas). De toutes façons il n'y a pas que l'argent qui compte, et l'on sait depuis des siècles que la recherche de la renommée est un moteur tout aussi puissant que l'appât du gain. Or sur internet, on lit, accolé au nom de M. Rader : "lanceur d'alerte", notion éminemment flatteuse de nos jours, et l'on trouve de multiples articles et interviews en tous genres dont l'argumentation est toujours la même : complot du lobbying pharmaceutique, complot anti-Wakefield, etc. (avec une argumentation scientifique toujours aussi pauvre voire inexistante). Tapez "Serge Rader" sur votre moteur de recherche : vous verrez qu'il parle beaucoup et que l'on parle beaucoup de lui. Et il a son site : https://www.suretevaccins.com/intervenants/serge-rader/
    Théorie du complot, mise en doute de l'EBM, etc : https://www.suretevaccins.com/censure/
    Il faut se renseigner sur le personnage avant de prendre tous ses dires comme argent comptant.

    Dr Anne-Claire Moreau

  • @Dr Delannoy

    Le 14 août 2017

    La prudence, c'est de vacciner.
    Quelques années d'obligation, et l'on ne parlera plus de ces polémiques anti-scientifiques et de ces pseudo-lanceurs d'alerte qui ne roulent que pour leur ego.

    Dr A-C M

  • Réponse à Dr A-C M

    Le 16 août 2017

    Primum non nocere.
    Il me semble que c'est la devise hypocratique primordiale.
    A t-on fait ce qu'il faut pour s'assurer de ne pas nuire avec ces 11 vaccins d'un coup?
    Je ne crois pas!

    Dr Delannoy

  • Se remettre en question

    Le 16 août 2017

    Ecouter avec respect quelqu'un ne veut pas dire lui accorder du crédit pour tout et être d'accord avec lui sur tout ! Etre capable de se remettre en question est pour moi une attitude scientifique. Le principe de la science c'est de présenter des hypothèses, de les tester par des expérimentations reproductibles et parfois de rejeter ces hypothèses, les remettre en questions, avec des arguments solides. Vous ramenez le débat à des querelles de personnes, d'égo, en portant des jugements grossiers pour disqualifier des médecins (Joyeux l'est toujours à ma connaissance, il a fait appel !) ou pharmaciens (être retraité n'enlève pas les qualités de réflexion), en oubliant le débat scientifique sur le sujet qui est d'interroger un lien éventuel entre vaccins et autisme, dans un contexte préoccupant de futures multiples obligations vaccinales pour des nourrissons et des enfants (vacciner un nourrisson est un acte médical sérieux, une injection dans un organisme sain; et doit se mesurer au cas par cas, on ne vaccine pas du bétail...).

    J'aimerais voir vos arguments scientifiques avec références sur ce sujet précis plutôt que des disqualifications simplistes de personnages, certes médiatiques, critiquables et "politisés, mais néanmoins des professionnels comme vous et moi.

    Lisez le livre de Michel Georget, professeur de biologie agrégé universitaire : "L'apport des vaccinations à la santé publique" (ed Dangles 2014) ou bien le livre de Pierre-Jean Arduin, thésé en neurosciences: "Pourquoi vacciner?" (ed 2016). Ces gens font l'effort d'étudier ces questions de manière dépassionnée et argumentée et sont sans doute plus intéressants que Messieurs Joyeux et Rader (ce qui n'enlève pas la pertinence des questions qu'ils soulèvent !).

    Dr Michel Boudet

  • Etudes pour le Dr Boudet

    Le 17 août 2017

    Des études sur les vaccins il y en a des tonnes, si vous mettez en parallele l'étude de Wakefield, sur 12 patients, et falsifiée en plus (il l'a avoué) et celle ci : JAMA. 2015;313(15):1534-1540. doi:10.1001/jama.2015.3077
    sur 90 000 enfants vaccinés, y compris dans des familles d'autistes (et pourtant on sait que l'autisme peut se developper dans une fratrie) qui ne montre aucune relation, je doute de votre esprit scientifique.

    De meme pour l'hépatite B, vaccin HPV, etc... tout repose sur un lien temporel. Aucune preuve statistique, rien.

    Ecouter avec respect, je veux bien, jusqu'à ce qu'à un certain point, ensuite, on se lasse d'entendre la meme chanson, qui brouille le message médical de prévention. Comparé aux autres pays d'Europe la France est ridicule dans son taux de couverture vaccinale. La Suède, avec plus de 92 % de taux, peut se permettre, elle, de retirer l'obligation vaccinale et se contenter de les conseiller. Les français, eux, en sont incapables, car perturbés par des pseudo lanceurs d'alerte qu'on entend jamais quand une épidémie de rougeole fait 15 morts (non vaccinés) en europe de l'est.

    Dr Eric Orvain

  • Un cas de polio chez un enfant, ça ne s'oublie pas !

    Le 18 août 2017

    Cela fait tout de même quelques années que les enfants reçoivent ces 11 vaccins qui ont été introduits un par un dans le calendrier vaccinal.
    Personnellement en 30 ans de Médecine générale avec 20% d'enfants je n'ai pas vu un taux d'autistes particulièrement élevé.

    Mais peut-être que certains médecins ou pharmaciens déplorent une bonne coqueluche, une méningite, une bonne épidémie de rougeole avec quelques hospitalisations (1/3 à peu près chez l'adulte) et quelques encéphalites par exemple, une petite cirrhose post hépatite. J'imagine mal les parents ayant refusé une vaccination et voir leur enfant mort ou handicapé à vie par refus de vaccin.
    Dans mon enfance je me souviens du spectre de la polio pour les parents, et du nombre d'adultes dans ma clientèle qui en avaient été atteints avec tous des séquelles. Les parents à la sortie du vaccin ne se sont pas posé tant de question, et personnellement j'ai vu un cas de polio chez un enfant qui n'avait pas été vacciné dans les années 80, ça ne s'oublie pas!

    Dr Françoise Pitrou

  • Pour un arbitrage scientifique et médical totalement indépendants

    Le 18 août 2017

    Pour faire suite à mes propos précédents, je laisse la parole au Dr Michel De Lorgeril, qui n'est certes pas un expert des vaccinations (à part son point de vue sur les vaccins anti-cholestérol...), mais un expert international indépendant d'épidémiologie cardio-vasculaire et de la lecture des études cliniques et pharmacologiques (ce qui lui a fait remettre en question le dogme du cholestérol, autre polémique où il est si difficile de discuter posément !) :
    "1 mars 2017 Question vaccinale : dialogue impossible, absence d’arbitre, mais passagers clandestins… Dr Michel de Lorgeril.
    http://www.psychostrategy.net/2017/03/question-vaccinale-dialogue-impossible-absence-d-arbitre-mais-passagers-clandestins-dr-michel-de-lorgeril.html

    Pourquoi les protagonistes de la question vaccinale n’arrivent pas à se parler avec sérénité ?
    C’est quoi la question vaccinale à ce jour ?
    En résumant de façon un peu grossière, on peut dire :
    1) les vaccins sont-ils utiles (efficaces) ?
    2) on peut décliner la question précédente en deux parties : utiles à l’échelon individuel ? Utiles à l’échelon sociétal ?
    3) les vaccins sont-ils toxiques ? Un peu ou beaucoup ? Rarement ou fréquemment ?
    4) quel est le vrai rapport bénéfice/risque à l’échelon individuel et à l’échelon sociétal ?

    Pourquoi ces questions (apparemment) simples ne peuvent être discutées ?
    Le blocage est en France mais aussi, selon des collègues américains et italiens récemment consultés, dans d’autres pays développés.
    Le blocage s’explique, à mon avis, parce que deux camps irréductibles s’opposent : les pro et les anti !

    Les deux camps ont parfaitement conscience de leurs faiblesses (médicales et scientifiques) respectives ; et en conséquence refusent de participer à une analyse froide et objective de ces questions.

    Qui sont ces deux camps ?

    A ma droite, le camp académique (médecins et experts en tout genre) et administratif (voire politique) pour lequel : la vaccination ne se discute pas… Ce qui n’est rien d’autre qu’un aveu de faiblesse. Pour un scientifique (surtout en médecine), rien ne doit échapper à l’analyse objective des faits ; ce qui nécessite des discussions approfondies, qui ne sont pas souhaitées par les protagonistes d’une vaccination obligatoire et élargie !

    A ma gauche, le camp des résistants issus de la société civile dans leur grande majorité. Ici on trouve beaucoup de victimes (supposées ou réelles) de la vaccination ; réunies de façon générale en association et qui luttent pour faire reconnaître les dommages qu’ils pensent avoir subis. Faire reconnaître pour eux signifie « faire la lumière » ; ce qui nécessite à nouveau des analyses et interprétation des faits ; et donc des discussions. Forts des témoignages multiples venant des victimes ou des familles des victimes, les résistants sont de façon générale contre la vaccination obligatoire de masse. On peut les comprendre ; on doit les écouter car, les médecins le savent, (c’est un exemple fréquent dans le milieu des résistants), quand une maman pense que la maladie de son bébé est survenue à la suite d’une vaccination, il est impossible de lui dire qu’elle a tort ; il n’y a pas de meilleur témoignage que celui des parents d’une victime !

    Mais un témoignage n’est pas une donnée scientifique robuste ; selon la science médicale moderne.
    Et ces familles se retrouvent généralement face à un déni académique et administratif ! Ce qui ajoute à leur douleur ; et peut engendrer de la colère, on les comprend.

    A l’inverse, l’examen objectif des données épidémiologiques et biologiques présentées comme favorables à la vaccination sont généralement faibles ; selon la science médicale moderne.
    Si on appliquait à la vaccination (efficacité et innocuité) les mêmes critères élaborés pour une autorisation de mise sur le marché (AMM) d’un médicament (essai randomisé en double aveugle avec une hypothèse primaire clairement énoncée), en général les vaccins n’obtiendraient pas d’AMM.

    Et voilà pourquoi les deux camps, en opposition, ne se parlent pas. Ils connaissent leurs faiblesses respectives et savent que l’autre camp les connait aussi. Dialogue impossible !
    Il faudrait, pour sortir de cette situation (potentiellement explosive), un arbitrage.
    Cet arbitrage ne peut être que scientifique et totalement indépendant.
    Il faut que les arbitres soient « titulaires » d’une véritable expertise (au moins partielle dans un domaine que la vaccination implique : épidémiologie d’intervention, statistiques, art de l’essai clinique, immunologie, infectiologie, bactériologie, virologie, vaccination, etc…).
    Quand on dit « indépendance » de l’expertise, cela signifie qu’il est crucial de débarquer un passager clandestin de la problématique vaccinale : l’industrie du vaccin ; c’est-à-dire l’industrie des médicaments ; ce sont les mêmes et on les connait trop bien !

    Certes, on ne peut disposer de vaccins que si des industriels fabriquent des vaccins !
    Certes, ces industriels ne peuvent s’impliquer (vis-à-vis de leurs actionnaires) que si des profits substantiels peuvent être espérés de cette implication industrielle…
    Tout le monde a compris que nous sommes face à des défis difficiles.

    D’où l’importance d’un arbitrage scientifique et médical totalement indépendants : priorité absolue à l’évaluation scientifique du rapport bénéfice/risque de chaque vaccin !
    Sans cette évaluation, la confiance ne sera pas rétablie et la controverse perdurera ; et des comportements (supposés) illégaux se multiplieront du côté des candidats à la vaccination (ou de leurs parents) comme du côté des médecins vaccinants. Ce serait catastrophique.
    Merci de remettre la lumière !

    Dr Michel de Lorgeril"

    Dr Michel Boudet


  • Un essai randomisé en double aveugle est impossible !

    Le 20 août 2017

    Au Dr Michel de Lorgeril. Pouvez-vous svp sourcer votre affirmation : "Si on appliquait à la vaccination (efficacité et innocuité) les mêmes critères élaborés pour une autorisation de mise sur le marché (AMM) d’un médicament (essai randomisé en double aveugle avec une hypothèse primaire clairement énoncée), en général les vaccins n’obtiendraient pas d’AMM. " ?

    Les dossiers d'AMM des vaccins sont déjà conséquents, avec données d'efficacité (immunisation), d'innocuité et des suivis post-marketing. Croyez-vous réellement justifié, faisable et acceptable un "essai randomisé en double aveugle" : vaccin contre placebo ? Doutez-vous un seul instant des résultats supérieurs du vaccin sur les maladies ciblées ? N'aura-t-on pas des cas d'autisme dans le bras placebo (et aussi des scléroses en plaque, et toutes sortes de maladies) ?

    Dr Philippe Mayran

  • Un témoignage personnel

    Le 20 août 2017

    Mon têmoignage : à 45 ans j'ai chopé une SEP suite à une vaccination.15 ans après, je marche difficilement avec une canne.
    Je plains toutes les futures victimes de cette dictature de la vaccination.

    Dr X

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.