L’immunothérapie orale chez l’enfant augmente son IMC

De nombreux travaux ont alerté sur le risque de troubles de la croissance chez des enfants soumis à un régime d’éviction suite à une allergie alimentaire. En effet, un enfant sur 10 suivant ce type de régime présenterait un retard de croissance. En revanche, il existe peu de travaux sur le sujet chez les enfants traités par immunothérapie orale (ITO). En effet, ces patients consomment des aliments allergéniques en faible quantité, intégrés dans des préparations commerciales le plus souvent sucrées et grasses (cookies, gâteaux, sucreries,…) ce qui pourrait augmenter leur risque d’obésité.

Une équipe Française de l’hôpital de Meaux s’est penchée sur le sujet et a mené une étude rétrospective sur 75 enfants (50 garçons et 25 filles), âgés en moyenne de 7,9 ans et traités par ITO pour une allergie alimentaire IgE médiée. L’indice de masse corporelle (IMC) de chaque enfant a été évalué avant le début de l’immunothérapie et à la dernière évaluation clinique. L’éviction alimentaire a porté sur 1, 2, 3 ou 4 (ou plus) potentiels allergènes pour 56 %, 12 %, 19 % et 13 % des enfants, respectivement. Avant l’immunothérapie, 2,6 % des patients présentaient une insuffisance pondérale, alors que 8 % d’entre eux étaient en surpoids.

Il apparaît de cette étude que pour  6 enfants sur 10, l’IMC augmente pendant l’ITO, en particulier chez les sujets qui suivaient un régime d’éviction plus strict. Il n’est toutefois pas noté d’augmentation significative de la fréquence du surpoids (6 enfants en surpoids/75 avant le traitement, 7 enfants en surpoids/75 après traitement).

Les auteurs expliquent ces résultats par le fait que l’ITO permet à l’enfant de manger plus d’aliments qu’avant et réduit les aversions. Ils précisent que l’augmentation de l’IMC concerne plus particulièrement les enfants sous ITO pour une allergie aux fruits à coque, ce qu’ils expliquent  par le fait que, pour cette allergie, les produits commerciaux utilisés pour l’immunothérapie orale sont plus fortement caloriques.

D’autres travaux devraient être menés pour confirmer ces résultats et étudier plus précisément la perméabilité intestinale sous immunothérapie orale. L’absorption des macronutriments et micronutriments pourrait, en effet, être favorisée par une modification de celle-ci pendant l’immunothérapie orale.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Larakeb SA. et coll. : Does oral immunotherapy for food allergy impact children BMI ? Congrès annuel de l’Académie Européenne d'Allergie et d'Immunologie Clinique. Du 6 au 8 juin 2020 (virtuel).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article