L’immunothérapie pour prévenir le diabète de type 1 ?

Les progrès dans la prise en charge du diabète de type 1 ont amélioré la qualité de vie des patients et favorisé la diminution des complications. Ils ont aussi permis de différer le moment de l’arrêt de la production de l’insuline. Les diabétiques restent toutefois dépendants des apports d’insuline exogène. Les recherches s’orientent désormais vers la mise au point de traitements qui permettraient de retarder ou même d’éviter la survenue du diabète chez les patients à risque.
 
Une étude présentée au récent congrès de l’American Diabete Association (ADA) a fait beaucoup de bruit. Elle met en scène le teplizumab, un anti-CD3. Il s’agit d’un essai randomisé contrôlé, en double aveugle contre placebo incluant 76 participants (dont 55 de 18 ans ou moins), appartenant à une famille de patients diabétiques à haut risque de diabète bien que non encore diabétiques. Les patients étaient randomisés en deux groupes. Les uns recevaient un traitement de 14 jours de teplizumab (n = 44), les autres le placebo (n = 32). Les patients entraient ensuite dans un suivi, avec un test de tolérance orale au glucose réalisé tous les 6 mois pour rechercher la progression vers un diabète de type 1 clinique.

Les résultats semblent convaincants puisque le délai médian de diagnostic d’un diabète de type 1 est de 48,4 mois dans le groupe teplizumab et de 24,4 mois dans le groupe placebo. Un diabète de type 1 est diagnostiqué chez 19 (43 %) des participants du groupe teplizumab et 23 (72 %) du groupe placebo (HR [Hazard Ratio] = 0,41 ; intervalle de confiance à 95 % de 0,22 à 0,78). Le taux annualisé de diabète de type 1 est de 14,9 % par an dans le groupe teplizumab et de 35,9 % dans le groupe placebo. Les effets indésirables sont ceux qui étaient attendus avec le traitement. C’est-à-dire des rashes et des lymphopénies transitoires.

S’il faut reconnaître que cet essai porte sur un nombre faible de participants (ce qui peut modérer l’enthousiasme), il n’en demeure pas moins qu’il ouvre la voie à d’autres travaux qui seront attendus avec beaucoup d’intérêt.
 

Dr Roseline Péluchon

Références
Herold KC et coll.: An Anti-CD3 Antibody, Teplizumab, in Relatives at Risk for Type 1 Diabetes. N Engl J Med. le 9 juin 2019.
American Diabete Association - 79th Scientific Sessions (San Francisco, Californie) : 7 -11 juillet 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article