L’infection à HPV, une source d’inquiétude pour les patientes

L’annonce d’un frottis ou d’un test HPV anormal (qu’elle soit faite par un spécialiste ou pas) est souvent très mal vécue par les patientes, souvent jeunes, redoutant la perte de leur fécondité, un cancer ou une chirurgie, avec parfois un sentiment de honte en rapport avec cette « contamination sexuelle ». La durée moyenne de la positivité d’une infection HPV est de 14 mois environ et ce n’est que la persistance du virus (2 test HPV successifs positifs) qui met la patiente dans une situation à risque de lésion cervicale. Les dernières recommandations de juillet 2019 pour le dépistage du cancer du col de l’utérus (CCU) préconisent :

•    le frottis cervico-utérin (FCU) entre 25 & 29 ans
•    puis le test HPV, plus sensible que l’examen cytologique pour la détection des lésions précancéreuses CIN 2+ et CIN 3+, entre 30 & 65 ans (non remboursé dans cette situation !)

Le dépistage primaire du CCU par test HPV tous les 5 ans serait plus coût-efficace qu’un dépistage primaire du CCU par examen cytologique tous les 3 ans tel que recommandé actuellement. Si le test HPV est positif, un FCU dit « de triage » permet de proposer la colposcopie diagnostique en cas d’anomalie. Cependant, même en cas de FCU normal, le praticien devra faire face à l’inquiétude d’une patiente « infectée » …

En cas de lésion histologique à la colposcopie, l’annonce de la stratégie diagnostique et thérapeutique peut aussi être responsable d’un surcroit d’inquiétude, très mal compensée par la lecture, souvent compulsive, des sources numériques rencontrées sur internet. Le praticien doit alors s’assurer d’avoir lui-même une bonne connaissance de la physiopathologie et de l’histoire naturelle du virus HPV pour pouvoir rassurer la patiente. La source de référence fiable en la matière reste le site internet de la Société Française de Colposcopie et de Pathologie Cervico-Vaginale (SFCPCV), créé en France en 1977 : http://www.societe-colposcopie.com/ où l’on trouve un onglet grand public et un onglet professionnels de santé.

Dr Catherine Azoulay

Référence
Mergui JL : Infections à HPV : comment informer les patientes ? 47es Journées Jean Cohen 2019 (Paris) : 15-16 novembre 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article