Loi de santé : le manque de concertation dénoncée

Paris, le mardi 12 février 2019 – Les principales dispositions de la loi de santé portée par Agnès Buzyn ont été dévoilées dans la presse au début de l’année et le texte devrait être présenté en Conseil des ministres demain, alors que son examen par le Conseil d’État n’a abouti à aucun changement de fond.

Cependant, quelques contestations émergent déjà, en particulier en raison de la possible adoption de certaines mesures par ordonnance (notamment celles concernant la recertification…).

Ainsi, dans une tribune commune publiée dans le Journal du dimanche, la Fédération des hôpitaux de France, l’Association des maires de France et les Assemblées des départements et des régions de France ont dénoncé une « concertation insuffisante » voire nulle, comme avant eux le président de l'Ordre des médecins, le Dr Patrick Bouet qui avait regretté que les « acteurs de terrain » ne soient pas associés à la rédaction de cette loi.

Ce lundi, en déplacement en Indre-et-Loire en visite dans une maison de santé, accompagné d’Agnès Buzyn, le Premier ministre a estimé pour sa part qu’il y avait eu « beaucoup » de consultations depuis février 2018 et a promis qu'il y en aurait encore « énormément ».

L’exercice collectif doit devenir la norme

L’occasion était également trop belle pour Édouard Philippe de vanter le modèle des CPTS, nouvel alfa et oméga de la politique de santé. 

« Cette initiative ici, et d’autres initiatives partout en France, montrent le chemin. Et l’objectif du projet de loi, c’est de faire en sorte que ces initiatives puissent être dupliquées, multipliées sur le territoire, pour que l’exercice collectif de la médecine devienne la norme, même s'il ne s'agit pas de la rendre obligatoire ».

Il a aussi vanté « les assistants médicaux » « indispensables pour permettre aux médecins de se recentrer sur leur cœur de métier ».

Mais beaucoup considéreront que la mise en place des CPTS et des assistants médicaux n’est peut-être pas un symbole de concertation…

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.