Lombalgie chronique et marche : ça marche ?

La prise en charge de la lombalgie chronique reste un enjeu important du fait de l’ampleur de la population concernée et de la durée souvent longue des traitements. D’où l’intérêt de déterminer quel impact réel peuvent avoir les traitements non pharmacologiques et d’identifier les plus adéquats afin d’éviter la chronicité et de prévenir les récidives.

La revue systématique de Belinda J Lawford en Australie a analysé précisément  l’efficacité de la marche, par rapport à d'autres méthodes de gestion non pharmacologiques,  pour améliorer le handicap, la qualité de vie ou la fonction chez les adultes souffrant de lombalgie chronique. Diverses bases de données ont été explorées : Medline, Embase, CINAHL, Scopus, Pedro, SportDiscus, Cochrane Central Register of Controlled Trials. Parmi une sélection d’études originales rapportant une intervention par une méthode non pharmacologique sur des patients lombalgiques chroniques (durée supérieure à 3 mois), 7 essais controlés randomisés et 869 patients ont été inclus dans l’analyse.

Pas de preuves nettes d’une meilleure efficacité

En comparant les études, il n'y avait aucune preuve que la marche était plus efficace que les autres méthodes de gestion telles que les soins habituels : les exercices spécifiques de renforcement, la physiothérapie, les étirements ou les exercices supervisés. Un essai a révélé la supériorité de la marche sur sol par rapport à la marche sur tapis roulant, et dans une autre étude, la marche suivie par un média interactif s’est trouvée être plus bénéfique que la marche non encadrée.

En somme, il existe des preuves de faible qualité que la marche est aussi efficace que les autres méthodes de gestion non-pharmacologiques pour l'amélioration de l'invalidité, la fonction et la qualité de vie chez les adultes souffrant de lombalgie chronique. Elle n’en reste pas moins un des éléments de la prise en charge du lombalgique chronique ; elle ne peut être éliminée des traitements non pharmacologiques sans pour autant être le traitement exclusif de cette pathologie. Ceci remet en avant les conclusions  de la Cochrane Library sur le traitement des lombalgies communes et pour laquelle l’importance de l’intervention clinique est relative (aucune ne parvient à plus de 60 % d’amélioration sur le court terme et 25 % sur le long terme) au regard d’autres types d’intervention incluant celles en milieu de travail.

Anne-Céline Rigaud

Référence
Lawford BJ and coll : Does walking improve disability status, function, or quality of life in adults with chronic low back pain? A systematic review. Clin Rehabil Juin 2016; 30: 523-536.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article