Lyme chez l’enfant, quelques différences selon le type de Borellia

La neuroborreliose (NB) est une des manifestations de la maladie de Lyme liée à l’infection par un spirochète (Borrelia burgdoferi) transmis par les tiques. Au site de la piqûre, une infection cutanée inconstante, l’érythème migrant, peut apparaître. A partir de ce foyer, l’infection se dissémine à plusieurs organes. En pédiatrie, la méningite et la paralysie faciale sont les présentations les plus habituelles. La culture du germe dans le LCR est longue et difficile de sorte que le diagnostic repose sur la mise en évidence d’anticorps in situ. Ces examens permettent de caractériser le type de NB : B garinii, B afzelli et B burgdoferi.

La Slovénie est un pays de forte endémie (207 à 337/105 habitants). Les pédiatres du centre universitaire de Ljubljana ont réuni les cas des enfants de moins de 15 ans dont les données ont été recueillies prospectivement entre 1996 et 2012. Les enfants sélectionnés avaient un tableau compatible avec une NB : méningite, paralysie faciale, affection fébrile après une piqûre de tique et symptômes neurologiques.

Davantage de B garinii que de B afzelli

Le diagnostic biologique a reposé sur l’isolement dans le LCR de Borrelia burgdoferi au sens large et l’identification des espèces par électrophorèse sur gel en champ pulsé. Pendant cette période de 17 ans, 153 cas ont été observés: 40/153 borrélioses n’ont pu être identifiées en raison d’une croissance insuffisante des bactéries, 113 ont été typées par analyse du profil de restriction (Mlul-LFRP) : 71 (63 %) étaient B garinii et 42 (37 %) B afzelli. La plupart des cas (69 %) ont été observés entre mai et août, sans différence selon la souche. Les signes révélateurs étaient des céphalées (71/113 ; 62,8 %), de la fièvre (39/113 ; 34,5 %), sans différence non plus en fonction de l’espèce.

En revanche, les signes méningés étaient plus fréquents chez les enfants infectés par B garinii (69 %) que chez ceux infectés par B afzelli (38 %), P = 0,019) et c’était l’inverse pour l’érythème migrant (B afzelli 45 % vs B garinii 18 % P = 0,036). Les paralysies faciales étaient plus fréquentes avec B garinii 36 % qu’avec B afzelli 19 %. Les données du LCR étaient peu différentes : pléocytose B garinii 94 % vs B afzelli 75 %, lymphocytose médiane 218/mm3 vs 56/mm3 respectivement (P = 0,084), élévation des protides (≥ 0,45 g/L) 50 % des cas, sans différences significatives selon la souche (0,46 vs 0,30 g/L), baisse du glucose moins d’une fois sur deux.

Cette série slovène d’infection à B burgdorferi avec une recherche positive dans le liquide céphalo-rachidien est la plus importante en Europe, mais aussi en Amérique du Nord. Les cas liés à B garinii sont plus fréquents que ceux dus à B afzelli. Les signes cliniques et biologiques ne différent que par des différences d’incidence.

Pr Jean Jacques Baudon

Référence
Rožić M et coll. : Lyme neuroborreliosis in children. Etiology and comparison of clinical findings of Lyme neuroborreliosis caused by Borrelia garinii and Borrelia afzelii. Pediatr Infect Dis J., 2019; 38: e279-e284

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article