Maintien à domicile des personnes âgées : les dispositifs actuels ne convainquent pas les libéraux

Paris, le vendredi 17 mars 2017 - L'UNPS (Union nationale des professionnels de santé) dévoile les résultats d’un sondage sur les expérimentations PAERPA (Personnes âgés en risque de perte d’autonomie) auprès des professionnels de santé libéraux.

Un total de 1444 professionnels de santé libéraux a participé à cette étude (234 médecins généralistes, 482 infirmières, 18 pharmaciens, 156 masseurs-kinésithérapeutes, 519 orthophonistes, 19 médecins spécialistes, 12 pédicures-podologues et 4 biologistes).
127 de ces professionnels de santé exercent sur un territoire PAERPA et 72 annoncent avoir participé au dispositif (29 médecins généralistes, 19 infirmières, 14 pharmaciens et 10 masseurs-kinésithérapeutes).

Parmi ces professionnels de santé, 13 médecins généralistes, 3 infirmières, 1 pharmacien et 3 masseurs-kinésithérapeutes ont abandonné le dispositif en raison de sa  « lourdeur », son « inutilité » et ses modalités « irréalistes ».

Concernant le Plan Personnalisé de Santé (PPS) dont la vocation est d'aider les professionnels à organiser la prise en charge de ces populations, seuls 2/3 des médecins généralistes et 50% des infirmières indiquent y avoir participé.

La Coordination Clinique de Proximité est également fustigée, elle ne générerait pas en effet de réels échanges d'informations.

Il apparaît également que le modèle PAERPA souffre de l'absence de logiciel interprofessionnel opérationnel commun et adapté à l'exercice coordonné hors les murs.

S'appuyant sur ces données, l'UNPS réitère sa volonté que soit revu ce modèle.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article