Massage cardiaque externe : entre pompes et coups de pompe

Plusieurs études confirment que la fatigue du sauveteur altère déjà la qualité du massage cardiaque externe (MCE), quelques minutes après son début. Afin de vérifier l’hypothèse que le MCE n’est pas qu’une affaire d’intellos et prenant leur courage à deux biceps, des auteurs espagnols de la Mancha ont d’une part étudié la relation entre l’indice de masse corporelle (IMC), la force musculaire (mesurée par dynamométrie ajusté au poids corporel) et la bonne réalisation du MCE. D’autre part, ils ont voulu voir si l’association entre IMC et bonne réalisation du MCE est médiée par la force musculaire (1). Ce deuxième objectif en fait la première étude du genre.

Stayin’ Alive, Stayin’ Alive, ah, ah, ah

Après avoir reçu une formation selon les standards de l’European Resuscitation Council, 63 étudiants en soins infirmiers (19 hommes et 44 femmes âgés de 19 à 43 ans) ayant subi des tests cardiovasculaires maximaux avec succès, ont été inclus dans une étude transversale évaluant leur pratique du MCE sur mannequin (ratio compression-ventilation de 30 pour 2) pendant 20 minutes ou jusqu’à épuisement, Ont été considérés comme adéquats, les MCE effectués à une fréquence de 100 à 120 / minute ; avec 100 % de compressions au centre du thorax ; avec une dépression thoracique de 50 à 60 mm et avec un temps égal de compression et de relaxation du thorax à 100 % du temps. La méthode PROCESS macro de Preacher et Hayes a été utilisée pour rechercher une association entre IMC et MCE médiée par la force musculaire.

Au pays de Don Quichotte et de Sancho Pança

Les étudiants de moindre poids ont obtenu de moins bons résultats que ceux de poids normal ou bien obèses pour plusieurs variables dépendantes telles que la bonne dépression sternale (P < 0,001) et la réalisation adéquate du MCE (P < 0,001). Après réajustement pour la force musculaire, cette différence persiste sauf pour la fréquence des compressions (P = 0,053).

De plus, les étudiants aux plus bas quartiles de force musculaire étaient moins performants en matière de bonne dépression sternale (P = 0,001) et de réalisation adéquate du MCE (P < 0,001) que ceux aux quartiles moyens ou hauts après ajustement des variables confondantes.

Les effets de l’IMC sur la bonne réalisation du MCE étaient partiellement médiés par la force musculaire. Des résultats similaires ont été obtenus par l’analyse du rôle de la force musculaire dans la relation entre l’IMC et la bonne dépression sternale.

Le résultat principal de cette étude menée au pays de Cervantes est qu’il existe une association significative entre poids, force musculaire et bonne réalisation des MCE dans une situation de fatigue extrême ou après 20 minutes de MCE. Au-delà d’une durée de MCE supérieure à 5 minutes, la qualité du MCE et tout particulièrement la profondeur de la dépression sternale dépendent de la force musculaire. Les personnes les plus lourdes de morphotype Sancho Pança produisent des MCE plus efficaces que les morphotypes de faible IMC de type Don Quichotte. Toutefois ces derniers peuvent compenser leur handicap par une plus grande force musculaire des bras.

Anima Sana In Corpore Sano

La survie des arrêts cardio-circulatoires pré hospitaliers dépend de la précocité et de la qualité des manœuvres de réanimation cardio-respiratoires dont le MCE (2), lequel dépend de la force musculaire des bras de celui qui le pratique.

Sans vouloir se battre contre des moulins à vent, la conclusion de cette étude originale, outre le fait qu’elle confirme que tous les ibères ne sont pas rudes dans la Mancha, est que les métiers d’urgentiste, de réanimateur et d’anesthésiste sont les plus complets qui soient, car ils requièrent une bonne condition physique en sus d’une bonne condition mentale et intellectuelle ! CQFD.

Dr Bernard-Alex Gauzère

Références
1) López-González A, Sánchez-López M, Garcia-Hermoso A et coll. : Muscular fitness as a mediator of quality cardiopulmonary resuscitation. Am J Emerg Med., 2016; 34: 1845-9. doi: 10.1016/j.ajem.2016.06.058.
2) GD Perkins, AJ Handley, RW Koster et coll. : European resuscitation council guidelines for resuscitation 2015: section 2. Adult basic life support and and automated external defibrillation. Resuscitation, 2015 ; 95 : 81–99

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Toute blague mise à part !

    Le 07 octobre 2016

    Le massage cardiaque est très fatigant pour celui qui le pratique ; si l'on est amené à le pratiquer il faut immédiatement faire appel aux témoins qui vous entourent pour...prendre la suite. Il y a quelques années un de mes confrères le pratiquait sur un homme ayant perdu connaissance et fut atteint en plein effort d'un AVC avec hémiplégie immédiate . Résultat : 2 personnes à secourir.
    Rassurez vous ce fut réversible mais les médecins de Fresnes (94) encore de ce monde s'en souviennent.

    Dr Richard Guidez

  • L’union fait la force

    Le 11 octobre 2016

    En effet, sauf circonstance exceptionnelle et grande solitude, il n’est pas raisonnable de le pratiquer efficacement plus de 10 minutes d’affilée. C’est un peu ce que démontre cette étude extrême... L’union fait la force, surtout dans de telle circonstances.

    Dr Bernard Alex Gauzere

Réagir à cet article