Mélanome de Dubreuilh : l’imiquimod peut-il se substituer à la chirurgie ?

Le  mélanome de Dubreuilh (lentigo maligna dans les publications anglo-saxonnes) est considéré, actuellement, comme un mélanome superficiel extensif particulier par son caractère lentement évolutif et par sa topographie le plus souvent faciale. Le traitement chirurgical est le traitement de choix mais compte tenu de la topographie préférentielle au visage, des alternatives thérapeutiques moins délabrantes sont recherchées. C’est ainsi que l’imiquimod (Aldara®) a pu être proposé dans cette indication.

Une série rétrospective de tous les patients atteints de Dubreuilh et qui ont été traités par imiquimod est présentée par une équipe londonienne. Au total, il s’agit de 48 patients pour lesquels une exérèse chirurgicale simple ne s’avérait guère possible. L’imiquimod était appliqué pendant 8 heures, 3 fois par semaine, pendant 6 semaines et durant 6 semaines supplémentaires si l’on n’observait pas de réaction inflammatoire.

On a observé 37 réponses et 11 échecs ou réponse partielle. Parmi les 37 patients répondeurs, 31 ont présenté une réaction inflammatoire cliniquement décelable sous traitement. Un seul cas d’évolution sévère avec invasion dermique a été déploré (dans le groupe des 37 patients répondeurs). Le suivi moyen a été de 49 mois et a compris la répétition de biopsies en cas d’impression de récidive.

Cette série rétrospective confirme donc l’intérêt de l’imiquimod au cours du mélanome de Dubreuilh lorsque les alternatives thérapeutiques et notamment la chirurgie ne sont pas envisageables. Mais bien entendu un tel traitement nécessite une surveillance prolongée compte tenu de l’absence de confirmation histologique du caractère « complet » du traitement.

Dr Patrice Plantin

Référence
Powel AM et coll. : Imiquimod and lentigo melanoma : a search for pronostic features in a clinicopathological study with long-term follow-up. Br J Dermatol ., 2009 ; 160 : 987-98.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.