Mener en petit bateau

Le vêtement du futur ?
Paris, le samedi 3 août 2019 - La célèbre marque Petit Bateau a lancé, début juillet, une gamme de vêtements pour bébé constituée de « maille anti-ondes, composée de coton associé à un fil de nylon gainé d’argent qui permet de filtrer 99 % des ondes de 800 MHz à 5,8 GHz (…) selon des tests effectués par un laboratoire indépendant ».

Une spécificité qui a un prix : 19,90 € pour un bonnet et 89 € pour une couverture, soit plus du double que des produits équivalents de la même firme.

Ces textiles "anti-ondes" ne sont d’ailleurs pas nouveaux et bien que l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire) indique à ce sujet qu’ils ne réduisent que « faiblement et très localement l’exposition d’une personne aux champs électromagnétiques », de nombreuses entreprises se sont déjà lancées dans ce commerce.

Dans le Midi Libre Petit Bateau explique : « ces dix dernières années, avec le développement des téléphones portables, des ordinateurs, et autres appareils électroniques, des études montrent que l’exposition quotidienne aux ondes notamment durant la grossesse et la petite enfance pourrait avoir un impact sur le développement de l’enfant. De plus, de nombreuses études démontrent que les tissus des cerveaux des enfants sont plus absorbants que ceux des adultes du fait de leurs crânes plus fins, ils sont donc plus vulnérables ».

Ça va la pseudo-science ?

Des déclarations qui ont fait bondir, des bancs de la faculté aux réseaux sociaux. 

Après un rappel de la réalité scientifique sur la question (1), dans Le Figaro, Sébastien Point physicien et membre de la société française de radioprotection souligne « au prétexte de protéger des enfants d’un danger plus qu’hypothétique, on prend le risque de les faire grandir dans une phobie des ondes, c’est irresponsable ».

« Les dispositifs et vêtements anti-ondes ne font que raviver l’inquiétude de la population plutôt que de l’apaiser » abonde le Pr Catherine Yardin, généticienne au CHU de Limoges et l’un des co-auteurs du rapport de l’ANSES sur les effets des radiofréquences sur les enfants. « Utiliser ces dispositifs revient à installer des murs anti-bruit dans le désert : cela ne sert à rien » raille-t-elle enfin.

Signe d’une certaine évolution de l’opinion publique, l’annonce de Petit Bateau en a laissé plus d’un dubitatif et de nombreux internautes ont même qualifié l’initiative d’arnaque.

« Ça va la pseudoscience, ça rapporte bien ? (…) La marque ¨Petit Bateau est en train de sombrer dans l'obscurantisme et l'exploitation de peurs infondées (…) on ne vous dérange pas trop de prendre vos clients pour des imbéciles ou de faire peur aux plus crédules » pouvait-on notamment lire sur Twitter, qu’on a pourtant connu moins porté dans la défense des "thèses officielles"…


F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article