Microbiote intestinal et allergie alimentaire

L’allergie alimentaire est la manifestation clinique d'une réponse défectueuse du système immunitaire à un aliment qu'il considère comme un allergène. Or l'altération du microbiote intestinal, ou dysbiose, participe au défaut de maturation des mécanismes d'immunorégulation et induit une rupture de tolérance, souligne le Dr Carine Larue Billard (allergologue, Meaux). Des études épidémiologiques ont montré qu'un environnement appauvrissant le microbiote (naissance par césarienne, prise d’antibiotiques, alimentation pauvre en fibre, hygiène excessive...) était associé à l'intolérance alimentaire ; alors qu'un environnement enrichissant le microbiote favorisait la tolérance (petite enfance à la campagne, avec des animaux domestiques, avec plusieurs frères et sœurs...).

Le microbiote intestinal (flore) est peuplé de 100 000 milliards de micro-organismes (bactéries, virus, moisissures et levures) vivant en symbiose avec l'hôte. Il est indispensable à l'éducation du système immunitaire. Or, il se constitue essentiellement entre la naissance et l'âge de 2 ans, où il doit avoir acquis la variété et la richesse de celui des adultes. On sait que le microbiote des enfants allergiques est moins abondant, moins riche en espèces bactériennes et moins équilibré que celui des enfants sains. Il y a donc une fenêtre d’opportunité pour corriger cette dysbiose par des approches interventionnelles chez le nourrisson et le petit enfant.
 
Réduire la consommation d’antibiotiques durant la période néonatale et encourager l’allaitement maternel contribueraient à réduire la prévalence de la dysbiose intestinale des jeunes enfants. Chez les bébés nés par césarienne, la transplantation de microbiote vaginal issu de leur mère est en cours d’évaluation. Plus tard, la transplantation de microbiote fécal est utilisée dans les formes sévères d'allergie, afin de reconstituer la flore intestinale. Par ailleurs, des travaux expérimentaux montrent l'intérêt de modifier le microbiote avec le régime alimentaire. Une alimentation riche en fibres favorise la fermentation bactérienne en produisant des acides gras à courte chaine capables de moduler les réponses allergiques. Une alimentation à teneur normale en graisse serait moins allergénique qu'une alimentation riche en graisse.

La recherche s'affine concernant l’utilisation précoce des probiotiques en prévention de l’allergie alimentaire. Des travaux en cours visent à préciser les propriétés immunomodulatrices de bactéries prometteuses. Combinées à l'immunothérapie orale, certaines pourraient jouer un rôle d'adjuvant (ref 7).
 
Au total, le séquençage du microbiote et la connaissance plus fine des mécanismes d’action des différentes classes bactériennes qui le composent permettront de nouvelles approches. Il faudra aussi s'intéresser au virome, au mycobiome…

Véronique Canac

Références
D'après la communication de Carine Larue-Billard (allergologue, Meaux) lors de la conférence de presse « Allergie et microbiote », du 14e Congrès francophone d'allergologie (17 avril, Paris).

Evrard B, Bonnet B et al. Le microbiote comme outils thérapeutique dans l'allergie alimentaire. Revue française d'allergologie 2019 Avril ; 59 (3) : 152-153.

Aitoro R, Paparo L, et al. Gut Microbiota as a Target for Preventive and Therapeutic Intervention against Food Allergy. Nutrients. 2017 Jun 28;9(7).

Tan-Lim CSC, Esteban-Ipac NAR. Probiotics as treatment for food allergies among pediatric patients: a meta-analysis. World Allergy Organ J. 2018 Nov 6 ; 11 (1) : 25.

Zhao W, Ho HE, Bunyavanich S. The gut microbiome in food allergy. Ann Allergy Asthma Immunol. 2019 Mar ; 122 (3) : 276-282.

Tang ML, Ponsonby AL, et al. Administration of a probiotic with peanut oral immunotherapy: A randomized trial. J Allergy Clin Immunol. 2015 Mar ; 135 (3) : 737-44.

Hsiao KC, Ponsonby AL, et al ; PPOIT Study Team. Long-term clinical and immunological effects of probiotic and peanut oral immunotherapy after treatment cessation: 4-year follow-up of a randomised, double-blind, placebo-controlled trial. Lancet Child Adolesc Health. 2017 Oct ; 1 (2) :97-105.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article