Moins de complications 1 an après la pose de stents actifs

La pose de stents actifs a réduit significativement le nombre des resténoses par rapport aux stents nus. Si de nombreux travaux ont démontré cet avantage, et si les guidelines actuels recommandent les stents actifs pour la majorité des patients, les stents nus gardent toutefois leur place dans la prise en charge de certains patients.

Afin de faire le point sur l’utilisation des différents types de stents et comparer les taux de complications à 1 an de l’intervention, une équipe allemande a analysé les données recueillies entre 2008 et 2014 concernant les adhérents à une importante assurance santé. Les données de tous les patients qui ont bénéficié d’une pose de stent pendant cette période ont été relevées, y compris de ceux qui, à partir de 2013, ont bénéficié de la pose d’un dispositif bio-résorbable.

Analyse sur près de 250 mille patients

Près de 250 mille patients ont donc été inclus dans cette analyse, 143 mille chez qui avait été posé un stent actif, 98 mille un stent nu et 1 500 qui avaient bénéficié d’un stent bio-résorbable. S’il est constaté une stabilisation du nombre total des angioplasties percutanées depuis quelques années, la proportion des stents actifs a doublé pendant la période étudiée, passant de 33,6 % du total des interventions en 2008 à 84,2 % en 2014.

Malgré cette augmentation de la fréquence de la pose des stents actifs, le taux d’effets indésirables majeurs cardiovasculaires ou cérébro-vasculaires (mortalité, infarctus myocardique, accident vasculaire cérébral, accident ischémique transitoire) 1 an après la pose est significativement inférieur pour ces patients par rapport à ceux chez qui a été posé un stent nu (7,42 % vs 11,29 % ; Odds ratio ajusté 0,72 ; intervalle de confiance à 95 %  0,70 à 0,75). Bien que la pose des stents bio-résorbables soit encore « confidentielle », le dispositif semble fiable si l’on se réfère au risque d’effets indésirables majeurs cardiovasculaires ou cérébrovasculaires, estimé ici à seulement 5 %.

Les progrès technologiques devraient encore améliorer l’efficacité et la sécurité de ces procédures pour en faire bénéficier un nombre encore plus grand de patients.

Dr Roseline Péluchon

Références
Jeschke E et coll. : Drug-eluting stents in clinical routine: a 1-year follow-up analysis based on German health insurance administrative data from 2008 to 2014.
BMJ Open 2017;7:e017460.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article