Nouvel épisode du « Doc bashing »

Paris, le lundi 5 novembre 2019 – La semaine dernière, le Défenseur des droits publiait un rapport sur « les refus de soins discriminatoires liés à l’origine et à la vulnérabilité économique dans trois spécialités médicales ».

S’appuyant sur un testing téléphonique réalisé auprès de 1 500 cabinets médicaux, ce rapport révélait que les refus de prendre en charge des patients relevant de la Couverture médicale universelle (CMU) ou de l’Aide à la complémentaire santé (ACS) sont encore le fait de 9 % des chirurgiens-dentistes, 11 % des gynécologues et 15 % des psychiatres (les spécialités évaluées). L’étude révélait aussi quelques cas de discriminations selon l’origine.

Ces travaux documentés ont été commentés sur les réseaux sociaux, où ils ont parfois été utilisés pour alimenter le "doc bashing", de façon parfois outrancière, ce qui n’est pas rare sur ces plateformes.

Ainsi, de nombreuses personnes ont dénoncé sur Twitter des comportements jugés inappropriés de médecins à travers le hashtag #BalanceTonMédecin qui était hier en tête des tendances sur le portail.

Depuis 48 heures, les twittos se livrent ainsi à une guerre picrocholine dans ils ont le secret.

D’une part, ceux qui recommandent des plaintes « à l’ordre pour conscientiser (sic) ces quelques blouses blanches qui considèrent qu’ils ont droit de vie ou de mort sur leur patient » dénoncent l’attitude « infantilisante » ou culpabilisante des praticiens ou les accusent de toutes les « phobies » : grossophobie, islamophobie, homophobie…

D’autres, et pas seulement des médecins, ont au contraire défendu les praticiens, tel un post qui remarque : « honte à l'infâme médecin qui m'a sauvé la vie alors que je faisais 40kgs pour 1m83, que j'avais une double embolie pulmonaire et un syndrome de malabsorption ! Il m'a guéri avec l'affreuse médecine blanche colonialiste » !

Certains hommes politiques ont également tenu à faire entendre leur voix, tel le député LREM, Stanislas Guerini, qui a remarqué : « ce qui fait la grandeur des médecins, c’est qu’ils n’hésiteront jamais à soigner les idiots qui se cachent derrière ce hashtag abject » !

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Doc fucking out

    Le 05 novembre 2019

    Le doc bashing conduit tout droit au doc fucking out.
    Sur qui tapera-t-on quand on aura tous déserté la médecine ou qu'on se sera fonctionnarisé aux 35 Heures et RTT ?

    Dr Isabelle Gautier

Réagir à cet article