Opter pour une réparation de la valve mitrale transcathéter plutôt que chirurgicale après 80 ans

La réparation transcathéter de la valve mitrale assure désormais un devenir comparable à celui de la chirurgie valvulaire (qu’il s’agisse de remplacement ou de réparation de la mitrale) chez les patients à haut risque chirurgical pour lesquels on préfère donc éviter une intervention (cela concerne notamment les personnes âgées qui présentent souvent des comorbidités).

Une sous analyse de l’étude EVEREST II (Endovascular Valve Edge-to-Edge Repair Study) avait montré que, chez les patients âgés de plus de 70 ans, la réparation transcathéter de la valve mitrale et la chirurgie valvulaire avaient un rapport risque/bénéfice semblable.

Cependant cette analyse n’était pas indemne de biais.

C’est la raison pour laquelle Malik AH et coll. ont repris la question et comparé, en les appariant, une cohorte de patients âgés ≥ 80 ans qui avaient bénéficié d’une réparation chirurgicale de la valve mitrale et une cohorte semblable de patients qui avaient bénéficié d’une réparation transcathéter de la valve mitrale. Les cohortes ont été identifiées à partir d’une base nationale de données (National Inpatient Sample) des Etats-Unis.

Mortalité 4 fois plus élevée avec la chirurgie

Comparée à la réparation chirurgicale de la mitrale, la réparation transcathéter de la valve mitrale s’est trouvée associée : à une diminution significative de la mortalité (0,7 % vs 3,1 %), des complications hospitalières (insuffisance rénale aiguë, choc cardiogénique, hémorragie postopératoire, transfusion, implantation d’un pacemaker permanent, complications respiratoires et vasculaires) et de la durée de l’hospitalisation (- 6 jours, environ).

Chez ces patients âgés, l’analyse des tendances a mis en évidence une nette évolution des pratiques ; c’est ainsi qu’en 2012, 85 % de toutes les réparations valvulaires étaient effectuées chirurgicalement tandis qu’en 2016 près de 94 % de toutes les réparations valvulaires étaient effectuées par voie transcathéter.

En conclusion, chez les patients âgés ≥ 80 ans, par rapport à la réparation transcathéter de la valve mitrale, la réparation mitrale chirurgicale a une mortalité 4 fois plus élevée et s’accompagne de plus de complications cardiaques, vasculaires, hémorragiques et respiratoires.

Malgré les limitations inhérentes à toute étude observationnelle, ces données plaident fortement, toutes les fois qu’elle est nécessaire, en faveur de la réparation transcathéter de la valve mitrale chez les patients âgés ≥ 80 ans.

Dr Robert Haïat

Référence
Malik AH et coll. : Trends and Outcomes With Transcatheter Versus Surgical Mitral Valve Repair in Patients ≥80 Years of Age. Am J Cardiol., 2020 ; 125 : 1083-1087.4

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.